Pages

dimanche 14 août 2011

THOMAS HARDY : Jude l'obscur


Traduit par F.W. Laparra

" Sous l'influence de ces idées nouvelles, il allait maintenant le dimanche visiter les églises du pays et déchiffrer les inscription latines sur les tombes."
Jude Fawley, orphelin originaire de Mellstock au sud du Wessex, vit avec avec sa tante, il est pauvre. Il rêve de devenir aussi savant que son ancien maître d'école, Richard Phillotson. Il entreprend d'étudier seul le latin et le grec dans l'espoir de pouvoir entrer à l'université de Christminster ( réputé pour être une cité pour la science et la religion). Pour gagner sa vie, il devient apprenti tailleur de pierres. Il rencontre une jeune paysanne délurée, Arabella Donn avec qui naïvement il va se marier. " Arabella paraissait si belle dans cet intérieur mal tenu, qu'il se sentit content d'être venu et toues les appréhensions qui l'avaient tourmenté s'évanouirent ." Leur vie commune est aussi brève que malheureuse : Jude et Arabella n'ont rien en commun. Lui est apprenti tailleur de pierre, il a tout juste dix neuf ans. Arabella décide de partir sans son mari pour l'Australie. Jude va faire connaissance avec sa cousine Sue Bridehead . Il est amoureux d'elle sa cousine, alors qu'il est marié à Arabella. La vie de Jude est bien obscur, comme l'indique le titre est très, très sombre, noir. Mais c'est beau, c'est romanesque.

" Sue avait été obsédée autrefois, au temps où son intelligence scintillait comme une étoile par l'idée vague et étrange que le monde ressemble à un poème ou à une mélodie composés dans un rêve, merveilleux pour l'intelligence qui s'éveille, mais désespérément absurdes pour l'esprit tout à fait lucide ; que la cause première agissait automatiquement, comme une somnambule et non point de façon réfléchie comme un sage ; que, lors de la conception des conditions de la vie terrestre, on n'avait jamais dû envisager la possibilité d'un développement des perceptions émotives chez les créatures soumises à ces conditions, tel qu'il a été atteint par l'humanité pensante et instruite."
Tout au long de ma lecture j'ai tremblé pour Sue et Jude, personnages au combien attachant. Arabella est un personnage assez antipathique, mais c'est elle qui a le mot de la fin grandiose. Roman aux accents shakespeariens dans sa construction et aux nombreuses références bibliques et antique aussi . C'est un magnifique roman anglo-saxon, romanesque somptueux, il fait partie des plus beaux romans de Thomas Hardy. Un roman sublime, un incontournable si l'on aime les grands romans anglais qui vous prend aux tripes. En un mot un livre époustouflant, l'écriture de Thomas Hardy est poétique, j'ai reçu ce livre comme un coup de poing dans le ventre.

© Alice Théaudière
Pour complément voir ici la page Wikipédia et aussi ici
Ainsi que le très beau billet très complet de Titine

7 commentaires:

Mango a dit…

Tu me remets ce livre en mémoire. J'ai toujours voulu le lire et tu confirmes qu'il mérite sa bonne réputation

Sara a dit…

Il est sur ma PAL depuis longtemps et comme Mango, tu me le remets en mémoire. Merci !

In Cold Blog a dit…

Encore un classique qui me fait envie, grâce à toi. Tu es trop forte Alice ;)

melodie1974 a dit…

Il est dans ma PAL depuis un bout. Je n'osais pas le commencer, car je n'ai pas du tout aimer Tess d'Uberville, mais là, tu m'intrigues et tu me motives...

Joelle a dit…

C'est un auteur classique que je n'ai toujours pas lu ... il me fait un peu peur, je crois ! Je perçois ses livres comme austères, peu joyeux et bourrés de références et du coup, je ne suis pas sûre d'être prête pour les lire !

Titine a dit…

Tu as tout dit, ce roman prend aux tripes et c'est un grand chef-d'oeuvre de la littérature anglaise. God save Thomas Hardy !

Malice a dit…

@ Mango, Sara, Mélodie1974 : Tant mieux !!!!!
@ ICB : Ah ! oui tu as remarqué :) Que dire de toi !!!
@ Joëlle : Peur pourquoi ?
@ Titine : Oui, Merci mais j'aime aussi beaucoup ton billet très complet !