Pages

mardi 22 février 2011

HENRIK IBSEN : AUTEUR DE THÉÂTRE NORVÉGIEN

J'ai une immense admiration pour ce dramaturge norvégien, j'ai vu La maison de poupée dans une version moderne que j'avais trouvé très intéressante.
Le roman Honte et dignité m'a donné envie de relire le canard sauvage. Il faut dire que j'ai eu une période où j'aimais beaucoup lire du théâtre. Donc contrairement à Tcheckov j'ai peu vu de pièce d'Ibsen.
Henrik Johan Ibsen naît en 1828 à Skien, dans un foyer que la faillite des affaires paternelles, en 1835, va rapidement désunir ( amusant un point commun avec Alphonse Daudet). Son père sombre dans l'alcoolisme après que les biens familiaux ont dû être vendus, tandis que sa mère se réfugie dans le mysticisme. L'ensemble de la famille déménage à Gjerpen. Il quitte le domicile familial la même année pour s'installer à Grimstad, où il travaille comme préparateur en pharmacie chez Jens Aarup Reimann. Parallèlement, il poursuit ses études dans le but de devenir médecin, une orientation qu'il abandonne ensuite. Les événements révolutionnaires de 1848 le conduisent à écrire sa première pièce, Catilina. En 1858, il épouse Suzannah Thorensen et devient conseiller artistique au Christiana  Theater.
Leur fils Sigurd naît le 23 décembre de l'année suivante. A partir de 1860, la situation se met à dégrader. En 1864, il obtient une bourse dérisoire, quitte la Norvège pour Rome. Il ne revient pas dans son pays d'origine avant vingt-sept ans. Il voyage à travers l'Europe, passant par l'Allemagne, l'Autriche et l'Italie, et son écriture s'incline vers le réalisme social, délaissant les influences du romantisme. En 1866, il publie Brand, connaîtra un succès spectaculaire . Il fait publier l'année suivante Peer Gynt qui sera particulièrement acclamé en Norvège. Avec son drame social Une maison de poupée publié en 1879, Ibsen obtient un succès international et dans les années qui suivent, sa renommée devient telle que ses pièces sont montées presque simultanément dans les capitales d'Europe. Deux années plus tard, sa pièce Les Revenants est l'objet d'une critique sévère car il y aborde des thèmes houleux, tels que les maladies vénériennes, l'inceste et l'euthanasie. Entre 1882 et 1888, il publie quatre pièces qui font sa renommée: Un ennemi du peuple, satire des idéaux petit-bourgeois; Le Canard Sauvage, illustrant le relativisme croissant d'Ibsen; Rosmersholm, souvent considéré comme son chef-d'œuvre; et La Dame de la mer, où le folklore populaire est mis au service d'une analyse psychologique des personnages. Il rentre en Norvège en 1891 en auteur internationalement connu. 1893 Solness le constructeur ( Solness est un homme finit). Son 70e anniversaire, en 1898, est l'occasion de festivités nationales à Christiana, Copenhage et Stokholm notamment. En 1900, il est victime d'une attaque cérébrale, qui le laisse dans l'incapacité d'écrire jusqu'à son décès le 23 mai 1906. Les personnages d'Ibsen se sont des personnages divisés, déchirés incapables de vivre au quotidien leurs désirs, ils sont condamnés à une tragique mais orgueilleuse solitude. Ce n'est pas un théâtre très joyeux, pas d'humour, c'est un théâtre pessimiste, mais il sait admirablement toucher le cœur des hommes par son universalité des sentiments les plus intimes. Les rares personnages optimistes qui aiment la vie sont des brutes ou des femmes vulgaires. Le théâtre d'Ibsen nous interroge sur la vie. Que faire de sa vie ? Qu'est ce qui est noble ? Qu'est ce qui est juste ? Qu'est ce qui est vrai ? Des questions que n'importent qui peut se poser de nos jours. Ibsen de son temps était un homme de théâtre novateur, tout simplement le théâtre norvégien n'existait pas. Tout était à inventer, il surprend voir même il choque.

4 commentaires:

Cryssilda a dit…

Je n'ai lu que deux pièce d'Ibsen (Maison de poupée et Peer Gynt) mais je vais certainement tout lire petit à petit. J'aime beaucoup son univers et la richesse de ses textes.

zarline a dit…

Je suis justement en train de lire Peer Gynt pour la semaine nordique, ma première pièce d'Ibsen dont je ne connaissais pratiquement rien. Merci donc pour ton billet et j'espère moi aussi être séduite par ce dramaturge du nord.

Malice a dit…

@ Cryssilda et Zarline : Je suis en plein dans la lecture de Peer Gynt !

Sara a dit…

Ma pièce préférée reste Hedda Galber mais j'aime aussi toutes les autres ! Je voue un culte à cet auteur.