Pages

vendredi 18 février 2011

E.M FORSTER : MAURICE


Traduit par Nelly Shklar

À sa sortie j'avais vu le film de James Ivory mais je n'avais pas lu le roman de Forster.
Maurice Hall découvre la sexualité au cour d'une promenade avec son professeur, il affirme ne jamais vouloir se marier. «Puis les ténèbres se refermèrent, éphémères ténèbres de l’enfance qui précèdent l’aube douloureuse de l’âge d’homme.»
Il grandit dans un univers essentiellement féminin. Ils est orphelin de il vit près de Londres avec sa mère et ses deux sœurs Ada et Kitty.
À Cambridge, où il rencontre Clive Durham, un autre étudiant comme lui. La lecture de Platon : le Banquet est une lecture importante qui joue son rôle pour ses jeunes garçons. Maurice aime Clive mais ce dernier ne comprend pas son amour pour lui. Clive est un homme cruel qui veut à tout pris faire bonne figure, il est dans le paraître le plus complet. Il cache ses sentiments au lieu de les mettre en avant comme le fait Maurice.
" Maurice bredouilla quelques phrases inutiles au sujet de l'amour. - N'en parlons plus, Hall. Mariez-vous vite et oubliez. - Mais, Durham, je vous aime ! (Il eut un rire amer). C'est la vérité ! Je vous ai toujours ... - Bonne nuit, Hall. -Puisque je vous dis que je vous aime !"
Le mariage est le grand thème de ce roman entre autre. Maurice dès son plus jeune âge ne désire absolument pas se marier. C'est son choix, il ne désire pas trahir ses sentiments. Contrairement à Clive, son choix est de se marier avec Anne. Il se lance dans la politique et il encourage vivement son ami à se marier. Car pour Clive l'amour entre homme doit rester platonique uniquement. Maurice est très lié avec Clive qui l'invite a séjourné à Penge. Là, Maurice va se lier avec un autre homme Alec Scudder, un jeune garde-chasse, de condition modeste. Il ne désire pas se trahir ses sentiments pour un homme le rend vivant et humain. " Il n'aimait et n'avais jamais aimé que les hommes." La religion a cette époque joue un grand rôle dans la société anglaise, la débauche est un péché.
" Il fut toutefois contraint de rejeter le christianisme. Tout ceux qui décident de régler leur conduite sur ce qu'ils sont plutôt que sur ce qu'ils devraient être sont, tôt ou tard , amené à le faire, et de surcroît il y aune hostilité séculaire entre cette religion et les tendances d'un Clive et de ses pareils." Maurice pour des raisons non religieuse mais purement sociales, veut à tout pris se soigner .

Une écriture délicieuse, fluide très agréable à lire. Le film de James Ivory et le livre de Forter se complètent à merveille. E.M. Forter a le talent de décrire à merveille cette société anglaise du début du XXème siècle. Puis la note d'humour british à souhait, excellent ! C'est un récit intimiste, Forster n'a pas voulu que ce roman soit publié de son vivant la raison est simplement car il est question de sentiments intimes qui l'on touché de près dans cette Angleterre puritaine. E. M Forster était un humaniste laïque, les principaux personnages de ses roman tentent de se comprendre et communiquer les uns avec les autres par-delà les barrières sociales.
Lu Howard End (mon préféré) , Chambre avec Vue (pour Florence et les préjugés). Ces deux films ont été admirablement adapté par James Ivory qui a beaucoup fait pour faire connaître au grand public E.M Forster.

8 commentaires:

Céline a dit…

Je ne connais ni le livre, ni le film : ça me fait deux bijoux à découvrir !!

In Cold Blog a dit…

C'est avec Maurice que j'ai découvert Forster. Et tu as raison, je peux dire merci James Ivory car c'est en sortant de la séance ciné que j'ai eu envie de lire le roman. Les autres ont suivi, avec toujours autant de plaisir à la lecture.

Sara a dit…

Voilà un auteur que j'aime beaucoup. Celui-là, je ne l'ai pas lu mais je ne vais pas tarder à le découvrir: ton billet donne envie. Pour l'instant, mon préféré est Chambre avec vue.

Mango a dit…

Voilà encore un de mes auteurs préférés. J'aime beaucoup les livres que tu cites et j'ai les DVD correspondants mais je n'ai vu encore que "Chambre avec vue" que je trouve vraiment bien aussi! Tu me donnes envie de voir Maurice maintenant!

CARMADOU a dit…

Je ne suis pas convaincu par les adaptations de James Ivory... J'ai revu récemment Chambre avec vue, j'ai été très déçu, cela a vieilli... j'ai trouvé ce cinéma foncièrement académique et finalement trés ennuyeux.

Mieux vaut lire les romans de E.M Forster

Malice a dit…

@ Céline : Exact !
@ ICB : Idem entièrement d'accord ;-)
@ Sara :Merci pour ton commentaire.
@ Mango : Tant mieux
@ Carmadou : C'est votre point de vue que vous exprimé. Il ne rejoint pas le mien. De toute façon, James Ivory n'est pas un grand metteur en scène, il n'a fait que d'illustrer les ouvrages de Forster. L'on n'a même trouvé à leurs sorties que ces films étaient trop académique. En ce qui me concerne les trois films adaptés de Forster je les ai vu à leur sortie (donc cela fait un bail) et je les ai revus récemment et il ne m'a pas semblé que cela avait vieilli !

Anne Percin a dit…

Je dirais la même chose qu'ICB (et il le sait) au sujet de ce film qui m'a donné immédiatement le goût des romans de Forster, jamais démenti par la suite. Il faut lire ses nouvelles aussi, des bijoux doux-amers. Mais pitié, rendons justice à Ivory, ses films sont magnifiques, lui seul a su traduire ce qui est à l'oeuvre dans toutes les œuvres de Forster, la tension entre les conventions sociales et la pulsion du désir, entre sauvagerie et civilisation pourrait-on dire. Si cela parait trop feutré à certains, c'est qu'ils n'ont pas senti palpiter tout ce qui grouille en-dessous, et que les acteurs d'Ivory savent très bien rendre (Helena Bonham-Carter, Ruppert Graves entre autres). Car Ivory est aussi un très grand directeur d'acteurs.
(oups, désolée pour ce comm. trop long, je m'emporte dès qu'on parle de Forster/Ivory !) :-)

Karine:) a dit…

J'ai adoré ce roman. Vraiment vraiment. Il faut d'ailleurs que je lise A room with view...