Pages

dimanche 17 juin 2007

CHARLES BERTIN - La petite dame en son jardin de Bruges


coeur_022

Un très joli livre, l'auteur se souvient de sa grand-mère de son jardin de sa maison à Bruges dans les années 30.
Après la mort de son grand-père, le petit Charles a l'âge de cinq ans passe régulièrement ses vacances (deux mois) chez sa grand-mère à Bruges. Il est son unique petit enfant, il est enfant unique aussi. Cet enfant va combler les plages de solitudes de sa grand-mère et ses compagnons de jeux en tant qu'enfant solitaire et rêveur sont les livres.
L'odeur des fleurs et du plaisir partagé de la douceur de la complicité avec sa grand-mère. Thérése-Augustine est de condition modeste partagera ses lectures avec celles de son petit-fils "Je découvris un jour qu'elle avait pris l'habitude de lire à mon insu les mêmes romans que moi""je ressentais en découvrant sur la table du salon le Jack London ou le Mark Twain""Ma grand-mère ne possédait aucune culture littéraire. Soumise dès sa naissance aux lois d'un milieu social qui considérait la lecture comme un luxe interdit aux femmes, mariée très jeune à un homme qui ne s'intéressait qu'à sa profession..."
C'est seulement une fois veuve qu'elle va se cultiver en quelque sorte rattraper le temps perdu.

Et j'aime l'escapade à la plage en bicyclette, la construction de château de sable. C'est touchant. Je me rends compte de l'intemporalité du récit, l'histoire est située dans les années 30 mais le même récit pourrait ce passer de nos jours. Aussi ce qui me plaît énormément dans ce récit c'est l'idée de transmission c'est le petit fils qui transmet le livre à sa grand-mère le goût de la lecture, il lui redonne la joie de vivre.
Un livre remplit de tendresse,de poésie du temps qui passe. Un très beau récit que l'auteur nous fait partager. C'est un livre qui se déguste tellement c'est beau. J'aime beaucoup le style de ce livre comme ce petit garçon voit sa grand-mère." Je la vois tout excitée, les lunettes en bataille sur le bout du nez, agitant dangereusement par-dessus la cafetière et les tartines de cassonade du petit déjeuner l'exemplaire du journal où s'étalait sous les gros titres la listes des prix somptueux réservés aux vainqueurs...." de très longues phrases qui paressent infinies, on est tellement en bonne compagnie que l'on désir que cela s'éternise. Thème du Jardin et du Jardin secret est présent dans ce très beau récit de Charles Bertin.
Enregistrer un commentaire