Pages

lundi 9 juin 2014

André Téchiné : Les Sœurs Brontë





Réalisation : André Téchiné
Décors : Jean-Pierre Kohut-Svelko
Costumes : Christian Gasc
Photographie : Bruno Nuytten


Isabelle Adjani : Emily
Marie-France Pisier : Charlotte
Isabelle Huppert : Anne
Pascal Greggory : Branwell


Au début du XIXe siècle, à Haworth, dans les landes du Yorkshire, les quatre enfants de la famille Brontë, Charlotte, Emily, Anne et leur frère Branwell, ont des dispositions pour l'écriture. Charlotte, l'aînée, et Anne, la cadette, deviennent préceptrices chez des familles des environs tandis qu'Emily, en vrai garçon manqué, préfère continuer à hanter la lande. Charlotte et Emily se rendent sur le continent en Belgique pour perfectionner leur français dans le but d'ouvrir u une école. Le sort va en décider autrement : Charlotte tombe amoureuse d'un de ses professeurs sans réciprocité. Branwell est devenu précepteur. Transi d'amour pour la maîtresse de maison, il sombre dans l'alcool et la drogue. Ses excès et la tuberculose auront raison de lui. Emily publieLes Hauts de Hurlevent et meurt peu après de la tuberculose, suivie par la disparition d'Anne. Charlotte sera la seule à connaître le succès de son vivant.  Elle  épousera un vicaire amoureux d'elle depuis toujours, après la mort de ses sœurs, de son frère et de son père.
Ce film je l'ai vu il y a longtemps adolescente. Si mes souvenir son bon c'est grâce à ce film que j'ai été prise d'une passion pour les Sœurs Brontë. Je trouve que ce film traduit bien la vie de l'époque au tant des sœurs Brontë, l'austérité de la lande du Yorkshire. Et, je suis très contente de l'avoir revue, j'ai toujours autant de l'affection pour ce film très littéraire à mon goût. 



André Téchiné évoque dans son film la liaison que Brandwell a entretenu avec Lydia Robinson.
En 1843, sa sœur Anne exerce les fonctions de gouvernante chez les Robinson, Branwell trouve une nouvelle place de précepteur Les Robinson, propriétaires terriens, à Thorp Green.
Branwell aurait éprouvé un amour sincère envers cette femme de la grande bourgeoisie terrienne, Lydia Robinson. Il garde cependant l'espoir que Mrs Robinson puisse divorcer et se remarier avec lui. Cependant, le décès brutal de Mr Robinson met une terme à cette possibilité dont on ne sait, à vrai dire, si elle avait vraiment l'assentiment de l'intéressé, puisque le testament du défunt stipule que sa veuve hérite de tous ses biens à la condition expresse qu'elle n'ait plus le moindre contact avec Branwell Brontë. Ce dernier était un artiste talentueux peintre mais aussi écrivain, sa personnalité fiévreuse a séduit d'ailleurs Daphné du Maurier : Le monde infernal de Brandwell Brontë. 






2 commentaires:

Lamousmé a dit…

J en garde un excelent souvenir , il faut que je le revois.

FondantOchocolat a dit…

Je me souviens de ce film avec nostalgie et aimerais énormément le revoir !! Merci pour cet article-flashback :-)