Pages

lundi 11 mai 2009

Oscar Wilde : Le Portrait de Dorian Gray



Traduit par Waldimir Volkoff
" Si tout art, y compris l'art de vivre, est invention d'une forme belle que la réalité, alors Oscar est l'auteur d'un chef-d'œuvre sa vie ( "La vie a été votre art. Vous vous êtes mis vous-même en musique. Vos jours sont vos sonnet". dit Lord Henry à Dorian Gray. Dans la bouche de Lord Henry , c'est un compliment amical que Dorian Gray récuse, évidement, tout en ajoutant:" Je crois que si vous saviez tout, même vous vous détourneriez de moi. Vous riez. " 
Un grand classique de la littérature Anglo-saxone, en compagnie des dandies de l'époque victorienne. En ouverture, présentation des personnages, mise en place de la situation à venir, exactement comme pour une pièce de théâtre, Oscar Wilde est connu pas seulement pour ce roman mais pour aussi ses pièce de théâtre : "L'important est d'être constant", " le mari idéal ". Lord Henry Wotton rend visite à son ami peintre Basil Hallward, ensuite arrive le modèle le jeune Dorian. Et pour le peintre ce portrait est son chef-d'œuvre. Il est fasciné par son modèle" Une étrange sensation de terreur m'envahit. Je sus que j'étais en face de quelqu'un dont la personnalité seul était si fascinante que, si je le permettais, elle s'emparerait de toute ma nature. J'ai toujours été mon propre maître ; du moins je l'avais toujours été, jusqu'au jour où j'ai rencontré Dorian Grey."
Il est question du double, du tableau et de son modèle, réflexion sur la notion du temps qui tient une place importante dans ce roman. Réflexion sur le beau qu'est le beau ? Qu'est ce le laid ? Il est fortement question de cela dans tout le roman.
La beauté est une forme de génie pour Lord Henry. Il est un esthète, un libertin et un beau parleur, dont l'influence sera nocive sur le jeune Dorian.
© Tableaux de JAMES ABBOTT McNEILL WHISTLER (1834-1903),
American painter proche ami proche d'Oscar Wilde
" Ah ! quand vous l'aurez perdue, vous ne souriez plus ... Les gens disent quelquefois que la beauté n'est que superficielle. "" Le vrai mystère du monde, c'est le visible et non l'invisible ... " tombe amoureux d'une jeune actrice Sybil Vane. Cette rencontre sera un tournant dans sa vie, car c'est la première fois qu'il rencontre l'amour. Il souhaiterai se marier avec elle, car dans un premier temps, il est épris d'elle par romantisme, " L'amour compte plus que l'art" et il s'est trouvé subjugué par son image d'actrice qui joue, et non pour la vrais Sybil. Et là, Oscar Wilde via Lord Henry , nous donne une vision du mariage et des femmes qui est assez cruelle et misogyne, voir excessif !. "- Ne te marie pas tout court Dorian. Les homme se marient par fatigue ; les femme par curiosité ; les uns et les autres sont déçus."" C'est un sexe décoratif. Les femmes n'ont jamais rien à dire, mais elle le disent de façon charmante. "
Shakespeare est présent comme dans tous les bon romans classiques anglais qui se respectent. (Comme il vous plaira, la Tempête, Roméo et Juliette, Marchand de Venise, Le Roi Lear, Beaucoup de bruit pour rien, Conte d'hiver, Hamelet). La formation de comédienne de Sybil est celle que reçoit tout apprenti comédien c'est l'apprentissage des pièce de Shakespeare. C'est un livre sur le paraître, et l'image que l'on projette, Dorian Gray est un grand narcissique
Ce fameux tableaux détient un pouvoir étrange car il change avec le temps "Basil Hallward le jour où le tableau avait été achevé lui revint à l'esprit. Oui, il s'en souvenait parfaitement. Il avait exprimé un souhait insensé ; que lui-même restât jeune tandis que le portrait vieillirait ; que sa propre beauté demeurât sans tache, tandis que le visage sur la toile payerait le prix de ses passions et de ses péchés." L'importance du paraître est au centre du roman et sans moral et en profite ainsi, peu importe que ses actions soient bonnes ou mauvaises, puisque le portrait sera le seul à en souffrir.
L'Art et la musique tiennent une grande place , une très grande importance de l'esthétisme mondain de l'époque victorienne. Le grand thème du livre "la jeunesse éternelle" de ce point de vue ce roman d'Oscar Wilde est très fort, et toujours actualité ne pas vouloir, ne pas accepter de vieillir, faire un pacte avec le diable. Très beau passage à la fin p268/269 "comment tu as fait pour conserver ta jeunesse. Tu dois avoir un secret."pendant que Dorian joue un nocturne de Chopin pour Lord Henry Wotton . Le portrait de Dorian Gray c'est aussi une critique de son temps que fait Oscar Wilde de cette société victorienne, hypocrite.
En ce qui concerne l'écriture de ce roman est plus proche de ces pièces de théâtre que les contes et le fantôme de Canterville et autres histoires. C'est une écriture brillante, très agréable à lire. Les dialogues sont brillants. Mais on retrouve les petites piques des Aphorismes et pour le plaisir je joints à mon billet quelques aphorismes.
" Le but de l'Art n'est pas seulement la vérité mais aussi la beauté dans toute sa complexité. L'Art n'est lui même qu'une forme d'exagération et la sélection qui l'esprit même de l'Art, n'est rien d'autre qu'un mode très intense de mise en valeur."
" Ce qui est vrais de l'art et vrais de la vie."
" J'aime les hommes qui ont un avenir et les femmes qui ont un passé."
"toute pensée est immorale. Son essence même est la destruction. Si nous pensons à quelque chose nous le tuons ; rien ne survit à la réflexion." "Tout art est immoral".


Parallèlement j'ai vu en DVD l'adaptation est excellente de Albert Lewin



11 commentaires:

Stephie a dit…

Un de ces classiques qu'il faudra bien que je finisse par lire.

Ys a dit…

J'ai une grosse bio d'Oscar Wilde à lire, j'espère m'y coller cet été, cet homme a vraiment eu une vie passionnante, même si souvent malheureuse...

Lou a dit…

Je viens justement de repasser sur mon billet sur "L'importance d'être constant" :) Je pense le lire très prochainement, c'est tout de même un immense classique que je ne peux pas ne pas avoir lu ^^ Ce que tu dis sur le théâtre est très intéressant, de même que sur Shakespeare (je ne dirais pas qu'on le trouve dans tous les bons romans anglo-saxons mais qu'il fait partie de l'univers et des influences de tous les grands auteurs classiques ou moins qui lui ont succédé - d'ailleurs on le retrouve chez la malicieuse Cécile Ladjali dont j'aime beaucoup la plume). Quant aux femmes cela rejoint ce qui se dit dans "L'importance d'être constant". Je trouve Cecily moins stupide que cette pauvre Gwendolen (pourtant très drôle dans l'adaptation avec Colin Firth, ce qui n'était pas facile !), mais elles dépendent complètement des hommes qui les entourent. Cela dit, les hommes ne sont pas épargnés chez Wilde (Lord Savile qui commet un crime parce qu'on lui a prédit qu'il en commettrait un, Algernon et Jack qui ne savent pas faire grand-chose...).

Lilly a dit…

Ton billet est très intéressant Alice, je m'aperçois que ce livre est toujours très présent dans ma mémoire.
Lou me fait aussi penser que tu apprécierais peut-être "Les Souffleurs" de Ladjali qui parle beaucoup de théâtre. Je vais essayer de ne pas signer Lou cette fois, même si je l'ai citée ;o)

Sinon, petite étourderie, tu as mis un "e" à Dorian dans le titre du billet, je suis moi même une spécialiste du genre ;o)

Alwenn a dit…

Je l'ai lu l'an dernier, et j'avais énooormément apprécié ma lecture ! Oscar Wilde avait une écriture vraiment brillante en effet !

liliba a dit…

Un vrai bonheur que ce livre, mais je l'ai lu il y a des années, il faudrait que je le ressorte des oubliettes !

Karine :) a dit…

Très intéressant, ce billet!!! Je vais remonter ce livre dans ma pile!!!

Malice a dit…

@ Stephie : Oui un grand classique :)
@Ys : Oui lire une lire une bio de Wilde doit être fortement intéressant Frédérique Ferney (passionné d'Oscar Wilde a écrit une bio ou un essai sur lui qui doit être intéressant.
@ Lou : L'important est d'être constant je l'ai lu il y a un petit moment je compte le relire d'ailleurs. En tout cas le Portrait de Dorian Gray est un roman où il y a beaucoup de chose à dire c'est d'une incroyable richesse. C'est que j'ai aimé c'est comment il parle de la société de son époque avec justesse.
@ Lilly : un grand merci pour en ce qui concerne le "e" de Dorian.
Et le livre de Cécile Ladjali "Les souffleur c'est noté. Entre nous Lilly un livre lu par une certaine Lou qui n'en a jamais parlé sur son blog :)))))
@ Alween, Liliba: Ah ! oui comment ne pas aimer ;-)
@ Karine :) : Merci ! Oui tu peux le faire remonter dans ta Pal un livre qui devrait te plaire.

Lilly a dit…

Je l'avais déjà dénoncée quand j'ai écrit mon propre billet, mais ça ne l'a même pas décidée... ;o))

La Méduse et le Renard a dit…

A lire également : La Ballade de la geole de reading...

Lou a dit…

Je suis d'accord avec l'écriture qui se rapproche plus des pièces de Wilde que de de ses nouvelles ou contes. J'ai vraiment adoré cette lecture, je pense que c'est mon Wilde préféré jusqu'ici. Une magnifique découverte.