Pages

mercredi 4 mars 2009

Fitzgerald : L'étrange histoire de Benjamin Button


Traduit par Suzanne Mayoux

Cela fait très longtemps que je n'avais pas lu un livre de cet auteur.
J'ai lu deux fois Gasby le Magnifique et j'ai lu aussi Le dernier nabab.
La sortie du film et ce Folio à 2€ m'a donné envie de lire cette nouvelle tirée de son recueil de nouvelles " Les enfants du jazz".
Il faut souligner que c'est une histoire étrange, la vie d'un homme à l'envers. Il naît vieillard et meurt bébé. " Dès sa naissance, loin d'être un beau poupon joufflu, Benjamin Button ressemble à un vieillard voûté et barbu ! Ses parents découvrent peu à peu qu'il rajeunit chaque jour : de vieillard il devient un homme mûr, un jeune homme, un enfant..." Un choc pour les parents et un handicap pour Benjamin, l'enfant. L'histoire se passe en 1860, en pleine Guerre de Session, dans une Amérique puritaine du Sud. Malgré son handicap il rencontrera l'amour avec Hildegarde "- Vous avez exactement l'âge romantique, continuait-elle. Cinquante ans. À vingt-cinq , on est trop superficiel ; à trente, c'est la pâleur du surmenage ; quarante, c'est l'époque des longs récits qui prennent le temps d'un cigare entier ; soixante , c'est ... Bah soixante, c'est top près de soixante-dix ; mais cinquante, c'est mûr à point cinquante ans, j'adore" Je trouve ce passage charmant, voir naïf. Bien sûr, le décalage posera un grand problème, puisqu'à la fin il joue avec son petit fils !
J'ai aimé lire cette nouvelle, l'écriture est très agréable. L'impression qui se dégage de ma lecture repose sur le paraître par rapport à son âge, être trop jeune trop vieux, ne pas être dans la norme et cela pose problème !
La lie du bonheurL'histoire de couples qui sont heureux, baignent dans le bonheur. Puis sans crier gare un drame surgit et l'un d'entre eux devient paralysé. Dur épreuve de la vie comme brisée. On pense à la lecture au couple tumultueux que pouvait être Zelda et Scott. Deux nouvelles très différentes mais le style, la plume de Fitzgerald est divine !

"Il s'agissait d'un mariage d'amour. L'écrivain était assez gâté pour posséder beaucoup de charme ; l'actrice gardait assez d'ingénuité pour être irrésistible.""Dr Jewett, il n'y a plus d'espoir. Mr Curtain peut vivre très longtemps, mais il ne retrouvera jamais la vue, ni la motricité, ni l'usage de la pensée."

Enregistrer un commentaire