Pages

vendredi 31 août 2007

PAULA FOX : Personnages désespérés

Traduction par Marie-Hélène Dumas (romancière aussi pour les éditions Joëlle Losfeld). La préface de Jonathan Franzen peut dérouté ou impressionné (je pense des lecteurs qui lisent pour la première fois cette auteure, comme moi).


Voilà donc je viens de lire ce roman, car Anne se posait des questions à propos de ce roman voir son billet ici.
Et, comme j'ai ce livre sous la main, je me suis dis voilà une belle occasion de le lire.
Et bien oui !!!, Anne, voilà je viens de le finir je vais rejoindre le trio Clarabel Allie et Gachucha fan de Paula Fox et autre.

L'intrigue ou le sujet du roman est mince, Sophie a été mordu par un chat et pendant tout le week-end, cette morsure va la hanté.

Quelque part j'ai trouvé une ressemblance avec le livre de Philippe Grimbert "la petite robe de Paul". Ce point de départ anodin qui déclenche un récit.
Pour ma part, je trouve qu'il y a quelques passages ennuyeux, tout de même par exemple je n'ai pas du tout aimé le déjeuné avec l'amie de Sophie, Claire et avec l'ex mari de celle-ci Léon.
Selon moi, l'intérêt du livre c'est son ambiance particulière. Une ambiance lourde fin des années soixante, période où le monde change (en France s'est mai 68, et dans le reste du monde envie de changement aussi, de révolte).

"- Mais la vie es vraiment désespérée, dit Sophie d'une voix presque inaudible.
- Tu as dit que la vie était désespérée ? " demanda Otto en se penchant vers elle "
Pour moi ce n'est pas un coup de cœur, mais j'aime assez ... et je trouve qu'il y a un certain suspense psychologique comme dirait Philippe Grimbert. Oui, à la lecture de ce livre, un certain malaise étouffant grandit au fil des pages. Il est exact qu'à la lecture de ce livre on a le sentiment d'avoir manqué quelque chose, mais c'est ce que j'aime dans la lecture d'un roman que tout ne soit pas dit, qu'il y ait une place pour l'imaginaire.

et Je trouve que la fin, les dernières phrases sont une image magnifique qui souligne le désespoir de Sophie et d'Otto.
Pour ma part, c'est vraiment un écrivain à découvrir très intéressant. Mais je pense qu'il est bien et même essentiel pour apprécier ce roman de connaitre un peu l'auteur.
Savoir qui est Paula Fox pour écrire un roman aussi étrange. Elle est née en 1923 d'un père alcoolique et d'une mère dénaturée, elle a dû surmonter les effet d'une enfance difficile, effroyable. Elle en reproduisit le schéma en abandonnant à son tour, à regret, sa fille Linda qui est la mère de Courtney Love.
Elle a commencé à écrier assez tard à 40 ans. Personnages désespérés a été adapté au cinéma en 1971, (je n'ai pas vu le film) avec Shirley Mc Laine.

5 commentaires:

sylire a dit…

je suis assez perplexe devant ta critique comme je l'avais été devant celle de Anne. Comme toi je le lirai si je tombe dessus.

Malice a dit…

Oui, ayant le livre sous la main,cela a vraiment été la raison qui a déclenché ma lecture de ce livre. Même si j'avais très envie de découvrir Paula Fox depuis un petit moment.Tout de même je suis attirée pour lire d'autre roman d'elle. Car elle a un univers intéressant ...

Anne a dit…

J'ai beaucoup apprécié ton post, tu as bien réussi finallement à exprimer ce que tu as ressenti. J'avais bien compris que l'on ne pouvait accrocher à ce roman que si on arrivait à percevoir l'ambiance qu'il dégage. C'est vrai que pour ma part je n'ai pas réussi à la saisir.
Par contre, j'avais eu un véritable coup de coeur pour "La petite robe de Paul"! Comme quoi!

Florinette a dit…

Comme Sylire, je ne sais pas si ce style me plaira, à moins qu'il ne soit à la bibliothèque ou pourquoi pas en voir un autre !

Lily a dit…

Hello Alice !
J'avais bien aimé ce livre, du coup j'ai lu tous les romans de Paula Fox ou presque dans la foulée !