Pages

samedi 29 août 2009

ANNE WIAZEMSKY : Mon enfant de Berlin


Rentrée littéraire 2009

Dans Mon enfant de Berlin, elle évoque la rencontre de ses parents en 1945 dans un Berlin, ville en ruine, de l'après guerre.
Le roman s'ouvre sur Claire, en 1944, elle a vingt-sept ans, elle est ambulancière à la Croix-rouge française à Béziers. Claire est est à la recherche de l'amour sa rencontre avec Patrice à Béziers n'a pas abouti.
C'est à Berlin, qu'elle rencontrera son grand amour. Mais tous les opposes, il faut dire qu'un mode les sépare l'un est français issue d'une famille catholique, l'autre est russe orthodoxe. Claire et Wia sont heureux, ils respirent le bonheur, une grande reconnaissance d'être en vie avec un grand V. "Claire côtoie chaque jour le destin tragique de ces milliers d'êtres humains. "
La personne avec qui elle pense être heureuse c'est Wia.
Il travaille pour un organisme des personnes déplacés du côté des alliées français immédiatement après guerre.
"Quand Claire quitta le bureau pour rejoindre son étage, elle avait envie de chanter de joie dans l'escalier : elle venait de rencontrer enfin un homme qui ignorait l'existence de son illustre père et pour qui la littérature, les livres ne comptaient pas. Cette situation si nouvelle l'enchantait."
"Mon enfant de Berlin", et en ce qui me concerne un très grand livre un excellent roman. Avec un certain recul, et une des grandes qualités du livre se dégage une distance entre le réel et le fictif, une grande force romanesque. Puis, ce roman est d'une grande richesse en thématiques :
- Père célèbre, la famille très soudée le clan Mauriac , Malagar, l'importance de cette grande maison familiale, la maternité. Claire attend un enfant elle est sûr d'attendre un garçon. Elle voudrait l'appeler François (comme son père qu'elle chérie) mais pas question il faut que le prénom soit commun au deux pays. Déception quand elle accouche, une fille (l'auteur du livre que l'on est entrain de lire) c'est l'enfant de Berlin. Mon enfant de Berlin dit à plusieurs reprise Claire attendrit.
- Histoire, la grande Histoire, comment est le monde après guerre, les prémices de la guerre froide. La fin de la guerre mais le début d'autres conflits.
- Deux oppositions entre le monde catholique Mauriac et le monde russe les Wiasemski, les apatrides ses russes qui ont quitté leur pays, fuir au moment de la Révolution, très bien rapporté, magnifiquement par Olga .
" Claire allume une cigarette. Avec une lucidité glacée elle compare sa famille à celle de Wia. Il ne s'agit pas seulement de deux nationalités différentes, il s'agit de deux mondes qui n'ont rien à voir l'un avec l'autre."
- Berlin, la solidarité, l'amitié soudé et courageuse de cette équipe féminine hors norme du 96 Kurfürstendamn.
Claire et Wia forment un couple magnifiquement romanesque. Elle a l'art de nous conter des anecdotes personnelles avec une grande générosité, bien amenées celle avec Troyat est assez épique, j'ai trouvé !p124/125
À la lecture de ce roman j'ai pensé à deux films, plus exactement à des sensations (vu il y a un petit moment) à Allemangne Année Zéro de Rossellini pour Berlin en ruine, puis à un film de Douglas Sirk pour la touche romanesque "Le temps d'aimer et le temps de mourir".

C'est un roman magnifique aussi beau, et aussi fort que Hymne à l'amour (la suite en quelque sorte) que j'avais trouvé aussi très fort. Son dernier " Jeune fille" m'avait séduit aussi, l'écriture d'Anne Wiazemsky se bonifie avec le temps Mon enfant de Berlin est son meilleur roman que j'ai lu d'elle (j'ai pratiquement lu tous ses livres à leurs sorties sauf trois Aux quatre coins du monde, Sept garçons et Je m'appelle Elizabeth) .Et, je me rencontre qu'elle a écrit son premier livre en 1989 " Mon beau navire", il y a tout juste vingt ans et j'en avais vingt-un !

Gros coup de cœur plus que cela un coup de foudre pour ce livre , lu dans le cadre cette fameuse rentrée dite littéraire

Voir le billet de Jérôme Garcin accompagné d'une photo du mariage de Claire et de Wia - Livre lu par Clarabel
Enregistrer un commentaire