Pages

jeudi 20 septembre 2007

KNUD ROMER : Cochon d'allemand


Rentrée littéraire 2007

Traduit du danois par Elena Balzamo
C'est l'histoire du petit Knud et de sa famille; c'est un récit autobiographique. Et il question de l'Histoire de la Seconde Guerre Mondiale, fortement présente dans ce magnifique petit roman assez court et dense qui ne se lit pas facilement.
Mais, il reste en mémoire pendant le temps de la lecture et après, c'est un livre touchant qui nous travaille qui fait son chemin en nous.
Ce roman se transforme en fresque historique au Danemark et en Allemagne durant le XXe siècle.
C'est l'histoire de Knud de ses parents
un père danois et une mère allemande Hilde, de toute sa famille de ses grands parents allemand et danois. Il nous décrit des personnages très colorés très vivants. Dont
Papa Schneider grand père dur, allemand, le beau père de Hilde, il est un personnage terrifiant. L'oncle Helmut a beaucoup marqué Knud
Le petit Knud vit dans un petit village de Nykobing Falster.
"une ville si petite qu'elle se termine avant même d'avoir commencé"
La mère de Knud allemande un très beau personnage de femme magnifique. Elle joue de l'accordéon et aime les chansons de Bretch. Elle aime la vodka et fumer les cigarillos.
Elle n'a pas toujours eu la vie très facile, son père fut décédé quand elle était très jeune. Ses rapports avec Papa Schneider, non pas été des plus simple.
"Mère n'eut le droit de venir habiter à Kleinwanzleben que lorsque, selon l'expression consacrée, le mariage eut été consommé : grand-mère avait une fille avec Papa Schneider. Elles s'embrassèrent, grand-mère pleura, mais une distance de plusieurs kilomètres les séparait : désormais elle était la fille du premier mariage de sa mère et n'avait pas le même statut que sa demi-sœur Eva." En Allemagne elle a fait de la résistance, son fiancé est mort pendu, de façon atroce. Elle est très mal vu par les commerçants et les danois car elle est allemande. Elle se sent étrangère dans ce petit village du Danemark, elle est rejetée par tout le monde car elle est allemande."les gens sortaient de leurs maisons, regardaient le cortège et levaient le bras dans un salut nazi."
Le petit Knud se fera traiter par camarade d'école cochon d'allemand, il aura du mal à se faire des amis car sa mère est allemande. Il découvre les livres dans la bibliothèque de ses grands-parents maternelles à Francfort, puis ensuite il sera un lecteur qui fréquentera la bibliothèque de Nykobing .
J'aime beaucoup le passage de Noël (p 100) je le trouve magnifique, la neige, les chants, le sapin les bougies, toute la magie de Noël de chaleur dans cette famille unie et soudée.
Cochon d'allemand est un livre dur fort.
Ce n'est pas un livre triste et déprimant, c'est surtout un livre remplit d'émotions. La fin du roman est émouvante mais la dernière phrase est pleine d'espoir.
Ce roman est très cinématographique. J'adore la couverture car elle représente bien l'univers du livre.

Ce roman a été lu par
Anne Sophie, Fashion, Cathe


Rencontre particulièrement chaleureuse avec l'auteur, lundi 17 septembre en compagnie de Brigitte Bouchard ( québécoise) éditrice des éditions les Allusifs et de l'auteur Knud Romer. Il dit qu'une foi le livre est écrit et publié, l'auteur du livre est le lecteur. Le lecteur a une approche différente du livre suivant son âge et suivant son vécu aussi. Knud Romer a un moment dans sa vie travaillé dans la publicité et il a joué dans un film de Lars Von Trier.
Les Allusifs est une maison québécoise qui est particulièrement très bien implanté en France depuis quelques années. Un parce que le graphisme des couvertures est extrêmement original il se repère facilement. Lors de cette rencontre j'ai fait la connaissance d'Anne Sophie et de Marie-Anne (l'attachée de presse). Ce fut une excellente soirée.
Voir les reportages de la soirée chez
Anne Sophie et Mandor.

10 commentaires:

Lily a dit…

Je le note et le souligne tout de suite Alice !!

Malice a dit…

@ C'est bien !!! Et youpi !!! un livre encore a partagé. Un futur échange en préparation je veux dire ;-))))

Lily a dit…

Certainement Alice !

Katell a dit…

Je le note car les divers commentaires me donnent envie d'y mettre mon nez!
Merci Malice de nous allécher par ce beau commentaire!

Gachucha a dit…

Je l'ai déjà noté, tu confirmes qu'il en vaut la peine!

Stéphanie a dit…

dès que je l'ai fini, je reviens lire ta critique :)

florinette a dit…

Je l'ai déjà noté, mais je le stabilote pour ne pas l'oublier, en tout cas il fait l'unanimité ce livre !! ;-)

gambadou a dit…

il est déjà noté, je le surligne

chiffonnette a dit…

Noté, souligné, surligné et fluoté! Décidment!

sylvie a dit…

après l'avoir noté, souligné, surligné... je l'ai en fin lu, et j'ai aimé ce ton un peu décalé du tragi-comique pour ce récit autobiographique douloureux. Le destin de la mère est poignant et terrible. c'est une figure marquante que l'on oublie pas. L'ambivalence de la relation mère-fils est extrèmement bien rendue... Bref, j'ai aimé moi aussi!