Pages

mardi 27 décembre 2011

ELIZABETH GASKELL : Nord et Sud

 Traduit par Françoise du Sorbier

"C'est le choc de deux Angleterre que le roman nous invite à découvrir : le Sud, paisible, rural et conservateur, et le Nord, industriel, énergique et âpre."


L'héroïne d'Élizabeth Gaskell, Margaret Hale, vit à Londres chez sa tante avec sa cousine Edith. À Londres la vie pour Margaret était facile et confortable. Après le mariage de sa cousine Margaret regagne le presbytère familial à Helstone, dans le sud luxuriant rural de l'Angleterre chez ses parents. " C'est que la description évoquait davantage un village de conte de fées qu'un lieu réel." Son père est pasteur de la petite paroisse d'Helstone, il remet en question ses convictions concernant sa foi. C'est une lourde décision qu'il se doit d'imposer à sa femme et à sa fille. Ils vont devoir quitté le sud et sa campagne pour le nord et la ville. Ils vont vivre à Milton-Norhern. Là, dans cette ville, il trouvera un emploi de précepteur. La famille fait connaissance avec John Thornton (un patron manufacturier) et sa famille.  "Mr Thornton était sans doute le plus âgé des élèves de Mr Hale. Il était assurément son préféré."Magaret est pleine de nostalgie pour le sud du Hampshire. Elle va devoir s'adapter à cette nouvelle existence dans ce monde industriel rude et énergique et si différend de son cher Sud. Margaret noue des liens avec certains ouvriers des filatures locales.

Elle devient proche de Bessy, une ouvrière du même âge mais qui hélas ne pourra pas résister au climat étouffant de Milton. Elle s'intéresse à la conscience sociale des ouvriers, de ce monde industriel qui pointe son nez. Les ouvriers sont des hommes en colère, ils font grève John Thornton est un redoutable patron, il est responsable d'une filature il apprécie le caractère bien trempé de Margaret. Et lors de la grève, elle a pris des risques " Il la transporta dans le salon et la posa sur le divan avec mille précaution. En regardant ce visage pur et blanc, il fut saisi par le sentiment de ce qu'elle représentait pour lui un sentiment si aigu et si douloureux qu'il l'exprima à voix haute : "Oh, ma Margaret ... ma Margaret ! Persone ne peut savoir ce que vous êtes pour moi ! Vous qui gisez là, froide comme une morte, vous êtes la seule femme que j'aie jamais aimée."
Sa mère est très malade. " Depuis quelque temps, Margaret s'inquiétait de la mauvaise mine de sa mère, et en entendant la remarque de son père, elle partit se coucher le cœur étreint d'une angoisse diffuse. La vie à Milton ressemblait si peu à celle qu'avait menée Mrs Hale à Helstone, où elle circulait sans cesse et se promenait souvent en plein air."Elle aura la joie tout de même de revoir son cher enfant Frédérick qui prend le risque de venir pour lui dire adieu.
Mr Thornton malgré toute la fierté que l'on peut lire sur son visage, c'est un homme bon et très généreux très beau passage ( que j'ai beaucoup apprécié) quand il décide d'apporter à madame Hale une corbeille de fruits lui même.  Les rapports entre John Thornton et Margaret sont complexes ils sont comme chien et chat. En parallèle, les rapports entre les patrons et les ouvriers sont aussi compliqués. John Thornton  s’est construit à la force de son travail, c'est un self made man. Margaret rejette  cette nouvelle classe sociale émergente des commerçants. Thornton trouve Margaret trop orgueilleuse et pleine de mépris.
J'ai une énorme tendresse pour Margaret, peut-être bien qu'il y a un peu de moi dans elle. Elizabeth Gaskell dit de Margaret : "elle s'était faite alors de mener une existence aussi noble et courageuse que n'importe quelle héroïne de roman, une vie sans peur et sans reproche" Oui c'est assez juste j'ai trouvé, c'est tout à fait cela ! une femme pleine d'audace, pour une femme de sa condition.  Thornton a des airs frustes mais c'est un homme bon, très anglais, il cache ses sentiments. Au début du roman voilà comment Thornton voit Margaret : " Jamais je n'ai vu fille aussi orgueilleuse et désagréable. À tel point que ses manières méprisantes font oublier à quel point elle est belle."C'est tout de même un homme bon et j'apprécie son geste quand il se rapproche d'Higgins (un syndicaliste convaincu). Higgins se trouvent sans travaille, il a à sa charge des enfants en bas âge, et grâce au coup de pouce de Margaret, Thornton le prendra comme ouvrier, une amitié respectueuse va naître entre eux deux. De cette amitié va naître une idée de génie la création d'une cantine pour que les ouvriers puisse manger convenablement pour bien travailler.
Le personnage agaçant et horripilant est Fanny la sœur de Thornton, la sévérité et le ton pas toujours aimable de Mrs Thornton m'ont fait froid dans le dos. Mr Hale lui a la tête dans ses livres, il apprécie la complicité intellectuelle qui l'unie à Mr Thornton. il ne se remet du chagrin de la perte de sa chère épouse. Margaret se retrouve seul et désemparé heureusement que sa chère cousine Edith et sa tante sont là pour la réconforter et la prendre avec eux à Londres. Avec son cher parrain le bien veillant Mr Bell, ils retournent à Helstone revoir le sud que Magaret a tant idéalisé, romancé auprès des Higgins.

Elizabeth Gaskell nous décrit à merveille le monde ouvrier, la misère et ses combats quotidiens, c'est une vision féminine très documenté sans clichés et préjugés.  C'est un roman social,  plein d'humanité, très touchant, emporté par une  écriture, d'une grande finesse,  elle est très précise dans la psychologie des personnages.  Un véritable roman qui transporte le lecteur, tout à fait remarquable et cela fait du bien !!!!!


J'ai vu le film aussi et je vous invite à lire le magnifique compte rendu ici chez Wictoria.

Ce roman a été lu par les trois organisatrices  Lou, Titine et Cryssilda 
Lou dans son billet analyse très bien le rapprochement entre Nord et Sud et Orgueil et Préjugé de Jane Austen. Oui l'on peut y voir des rapprochement, personnellement pour moi c'est tout de même deux livres différents. Voir ici les notes sur le livre de mon amie Wictoria. Voir aussi le billet très complet d'Isil



5 commentaires:

Wictoria a dit…

j'aime bien me regarder de temps en temps la série :) et je lis toujours la bio que l'auteur a écrit sur Ch.Bronté (elle est sur ma table de nuit, je lis par petites touches)

maggie a dit…

Il faut à tout prix que je lise ! Je l'ai commencé et pas terminé alors qu'il me plaisait : j'aime beaucoup les romans industriels.

Malice a dit…

@ Wictoria : La biographie doit très intéressante et je te comprends concernant le lecture à petites touches ;-)
@ Maggie : Je te comprends, il est certain que cet un roman de facture classique pas forcément évident à rentrer de dans ;-) La série de la BBC et un peu de temps aide beaucoup à rentrer pleinement dans ce magnifique roman !

Titine a dit…

Ce livre est pour moi un chef-d’œuvre. Elizabeth Gaskell décrit à merveille le monde ouvrier, ses personnages sont toujours complexes et finement campés. Une merveille !

Joelle a dit…

Il est dans ma PAL depuis relativement peu car j'ai eu du mal à l'avoir (il a été longtemps épuisé). Je sens que c'est un roman qui va me plaire mais il faut que je choisisse le bon moment pour le lire :)