Pages

samedi 8 septembre 2007

NATHACHA APPANAH - Le dernier frère


Prix du Roman Fnac
Cela faisait très longtemps que je n'avais pas lu un vrais roman, une belle histoire d'amitié avec une telle émotion.

J'ai lu ses trois autres livres aussi, publiés chez Gallimard dans la collection Continents Noirs mais personnellement il n'y a pas de comparaison à faire. Ces trois livres n'ont rien à voir avec ce dernier. Il ressemble au "Rocher de poudre d'or "pour l'aspect historique.
Natacha nous raconte surtout une histoire d'amitié entre deux enfants que tout sépare, et l'histoire est en arrière fond pour situer l'époque et pour servir l'histoire.

Changement d'éditeur, changement de sujet et elle a gagné en maturité dans l'écriture, donc elle progresse elle suit son chemin et elle trace.
Cette histoire est une déchirure, c'est un roman à deux voix d'une même personne celle de Raj enfant et celle de Raj adulte. Il se souvient de cette époque très pauvre et de cette amitié extraordinaire.
Un vieux monsieur Raj, se rend au cimetière juif à île Maurice.
" Je suis vieux maintenant et je peux le dire, avec honte, avec chagrin, en baisant ma tête le plus possible. Voilà ce que j'ai fait et j'avais neuf ans : j'ai empêché David d'aider un de ses camarades, un Juif comme lui, enfermé parce qu'on ne savait pas quoi faire d'eux et je n'avais pas agi de la sorte, David serait peut-être encore vivant aujourd'hui." Et, il se souvient de son enfance très pauvre à Maupou, enfance heureuse avec ses frères, il fut le troisième Anil l'ainé et Vinod le plus jeune. Les jeux merveilleux près de la rivière, un grand bonheur de courte durée.
Puis un violent cyclone a tout enlevé sa maison ses frères. Ce fut un déchirement, ils durent déménagés et aller à Beau Bassin. Le père de Raj violent pauvre revenant de son travail ivre, et il bat ses enfants. Malheureusement, personnage masculin typique dans la littérature créole. Il devient gardien d'une prison, mais qui sont ses prisonniers ? Nous sommes en 1945 l'été, en plein seconde guerre mondiale, Raj se lie d'amitié avec David. Raj n'avait jamais vu de sa vie d'enfant blanc.Ils sont différent David et blond, juif, il n'a plus de parents, et Raj est brun, d'origine indienne, il n'a plus de frère. David et lui sont très vite complice et une amitié solide naît entre eux.
Et l'aspect l'historique est au deuxième plan, il faut savoir que ces juifs venus de l'Europe de l'est, le 26 décembre 1940 avec à bord quelque 1500 juifs, refoulés de Palestine ( protectorat anglais) et déporté à l'île Maurice, et ils sont prisonniers. Raj impressionné car quand il les observe il se rencontre que ce ne sont pas des méchants. " Jusqu'aux vacances de l'année 1944, je n'avais jamais vu la prison où travaillait mon père. Une fois, il m'avait dit que dans cette geôle, il y avait des gens dangereux, des marrons, des voleurs, des méchant. Mon père m'avait attrapé par les épaules pour me dire cela, parce qu'il savait que je me promenais dans la forêt et que je me cachais dans les arbres et il voulait m'effrayer, alors il avait fait des grands A, des grands O et des grands E aux mots qu'il disait tout en me secouant. Sa bouche et ses yeux s'ouvraient en même temps, comme si une mécanique les actionnait de l'intérieur et quand je le voyais partir le matin, dans son uniforme, je voulais plus que tout le suivre et voir comme il enfermait dans sa grands prison les dAngErEux, les mArrOns, les vOlEurs et les mÉchAnts."
Les Mauriciens surtout les très pauvres ne savaient rien concernant la guerre en Europe. J'aime beaucoup la mère de Raj, elle est extrêmement courageuse (souvent dans la littérature créole, africain et du maghreb) le personnage des femmes est exemplaire de courage, de noblesse, d'une grande force. Et la mère de Raj est analphabète mais connait à merveille le pouvoir des plantes idem on retrouve la connaissance des plantes dans cette littérature créole.


PS : la petite photo de la couverture du livre souligne, représente un passage sublime du livre. Un moment de pur magie, d'une étincelle de bonheur !!!

5 commentaires:

Clarabel a dit…

J'ai l'impression de redécouvrir ce livre en te lisant ! :)
C'est magique.
Et c'est "marrant" car j'appuie tous tes propos. Nul doute ! Je ne discute pas.
Mais je reste déçue par ma lecture, mon ressenti est plus nuancé car j'ai sincèrement eu de la peine de ne pas retrouver ce qui m'embarquait dans les précédentes lectures.
Cependant je suis d'accord pour reconnaître que l'auteur est de plus en plus en confiance, plus mature etc. C'est vrai.
Mais moi j'avais d'autres attentes ... tant pis !

Superbe billet, Alice !!!

BelleSahi a dit…

Il me tente bien ! je le note ! Bonne journée !

Malice a dit…

@Clarabel, moi aussi cela m'est déjà arrivée. C'est vrais aussi bien pour un livre que pour un film. Nous projetons nos désirs, on voudrait retrouver ce que l'on aime d'un auteur dans les livres qui se suivent etc ... des petits pierres à la suite des autres ...
Je t'invite Clarabel à lire Jacques Poulin absolument tu aimera j'en suis sur car il parle très bien des livres et de toutes les émotions que procurent un livre.

Clarabel a dit…

Jacques Poulin ! ...
Un nom lu et relu chez les lectrices, et qui me tente ! :)
Mais parmi ses livres, je ne sais lequel choisir, as-tu un conseil ???

Arlette a dit…

Effectivement, je partage ton avis , le passage sur la " perruche" reste un éclat de vie en suspension !