Pages

mardi 9 septembre 2008

CHARLOTTE PERKINS GILMAN : la Séquestrée


Traduction et postface de Diane de Margerie

le titre original convient bien à ce livre et assez à propos : " The Yellow Wallpaper"
Car ce papier peint joue un grand rôle dans cette nouvelle de cette auteure contemporaine d'Edith Warthon et d'Alice James (la sœur d'Henry). Cet horrible papier peint qui est décrit comme très laid est traité par Charlotte comme si c'était un personnage fantastique.

" Ce papier est arraché par lambeaux autour de la tête du lit, aussi loin que je peux étendre le bras tout comme il est arraché en face, au bas du mur. Je n'ai jamais vu un papier plus laid de ma vie." 

C'est un petit livre étrange sur le traitement de la folie.
Le texte est court, cinglant c'est un livre terrifiant concernant la condition de la femme au XIX ème siècle dans la société victorienne. Un livre à la fois bouleversant, émouvant une très belle découverte, un texte magnifique poignant et la postface complète bien ce court texte. Il est même indispensable.
La quatrième de couverture (extrait) " ce récit halluciné, tendu et violent nous est livré à la première personne par une jeune mère tombée en dépression grave. Elle accepte de se soumettre à une cure de repos d'un genre radical, qui s'apparente à une séquestration pure et simple" Le mariage et la maternité ne l'ont pas épanouie mais l'ont rendue folle.
Enregistrer un commentaire