Pages

lundi 1 septembre 2008

HARUKI MURAKAMI : Au sud de la frontière, à l'ouest du soleil

Traduit par Corine Atlan

Une très belle découverte, un grand plaisir de lecture. Dans ce livre il est question de cœur, et d'amour entre un homme et femme. Shimamoto-San personnage énigmatique, étrange. Hajime l'a connu quand ils avaient douze ans et ils se retrouvent une fois adulte. Le lecteur comme Hajime nous savons rien sur cette magnifique femme. J'ai aimé cette ouverture que nous offre Haruki Murakami, car elle fait marcher notre imaginaire, un mystère plane autour de ce personnage cela m'a plu. La seule chose que nous savons c'est qu'elle a perdu un enfant.
Le jazz ,Nat King Cole, "star-crossed-lovers"de Duke Ellington c'est la bande son de ce roman, puisque cette musique tient une grande place dans ce roman tout comme l'importance de l'eau : la pluie, le fleuve, la piscine. Justement, à chaque fois que Shimanto-San vient voir Hajime dans le club de jazz il pleut, effet systématique assez jolie qui apporte un rêve, un effet irréel. " Au début de février, elle revint enfin à nouveau par une nuit pluvieuse."
Beaucoup de retenue des sentiments comme l'on retrouve chez les japonais. Il est question aussi de la notion du temps qui passe et de la remise en question des choix de vie. Mais, c'est avant tout, un livre d'ambiance sensuel et jazzy .
" Exactement comme autrefois. Autrefois , elle s'asseyait ainsi pour que je ne voie pas ses jambes, et peut-être cette habitude lui était restée, même maintenant qu'une opération l'avait guérie de son handicap. Nat King Cole chantait South of the Border, " Au sud de la frontière". Il y avait bien longtemps que je n'avais pas entendu ce morceau."

Un beau livre qui me donne envie de lire d'autres livres d'Haruki Murakami.

PS : Beaucoup de lecteurs de ce livre disent, regrettent : "Le manque de Japon" je ne comprends pas très bien que les uns et les autres entendent par cette expression. Je ne suis pas une spécialiste de la culture japonaise loin de là, mais j'ai vu pas mal de films japonais. Et à la lecture de ce livre surtout concernant le début j'ai pensé à l'univers des films d'Ozu (cinéaste du quotidien, du rapport entre les hommes et les femmes). La retenue des sentiments est très asiatique (japonais) me semble t-il , tout comme l'érotisme ? Concernant la relation entre Shimanto-San et Hajime j'ai pensé au très beau film de Wong Kar-Wai (chinois) In the mood for love.


Enregistrer un commentaire