Pages

vendredi 2 septembre 2011

JOË BOUSQUET : MYSTIQUE






























Œuvre posthume dédiée à Germaine Lettres à Poisson d'or
Xavier Bordes dit dans sa préface : " L'homme, poète, philosophe, écrivain, chroniqueur, critique d'art, essayiste, on ne sait ... l'homme inquiétait. Il était accueillant vis-à-vis du monde entier, ouvert aux idées les plus diverses et les plus opposées. Des femme l'ont passionnément aimé."J'aime son écriture, elle me fait penser à un parfum capiteux et entêtant.

" Mystique est donc un livre contemplatif où le poète blessé cherche la racine de la connaissance sensible - la racine de notre vision du monde - afin de modifier le monde dans la mesure où le changement voudra bien accompagner un changement de celui qui voit, qui connaît."" Ce livre est pensé comme une mystique et vu comme une féerie"
Joë Bousquet, écrivain qu'il faut lire tellement son écriture est une merveille. Elle m'éblouit de lumière. Voilà ce que dit le poète, car Bousquet est un poète avant tout. Voir ici pour en savoir plus." Tu inventes ta vie autant que tu la subis. Si elle n'étais pas tu ne serais pas. Mais si tu n'étais pas, elle ne serait pas."À vingt ans, il reçu un balle allemande durant la guerre de 14/18, le 27 mai 1918. À partir de cette date, il s'est trouvé handicapé, il n'a pas pu se resservir de ses jambes, il est devenu immobile, cloué à son lit. Cette blessure est liée à sa création et Xavier Bordes nous présente dans sa préface l'étrange blessé de Carcassonne.
" J'avais été le blessé, je devenais déjà la blessure." "Ce qui me fait aimer la vie, c'est que la mort ne peut atteindre."
" La poésie ne naît pas : elle engendre. Il y a les livres sources et les livres lacs."
" La belle lumière qui dans les toiles de Botticelli n'y est pas ajouté par le peintre : elle est réfléchie. La lumière du couchant, dans une voix de femme, plus douce qu'au fond de tes yeux, lève ton regard vers le ciel."
" L'art d'écrire est l'art de penser pour les autres. On n'apprend pas les gens à vivre et c'est un art excessivement difficile que l'on ne possède qu'au moment où il est grand temps d'apprendre à mourir."
" Je suis le spectre de ce que je suis. Sans doute, mon être de chair est-il mon propre cercueil."

" Toute pensée a des ailes de songe." - " Les mots volent dans un ciel de cendre."

" Le langage est une machine à produire des étincelles électriques."
" Je me suis demandé si Dieu n'était pas femme. "

" Ne t'adresse pas à Dieu tant que tu ne sais pas entrer tout entier dans tes paroles. Dieu est le Verbe quand le Verbe est tout l'homme."

" J'ai acquis quelques certitudes : l'homme n'est pas l'enfant de sa mère, mais de sa vie : et il doit s'attacher à en déchiffrer le langage : faisant parler les faits ; et les traduisant dans sa propre langue, ou bien , conservant à ces événements leur caractère admirable ; et choisissant celui qui doit être, par le poète dégagé de son humanité. Tout cela est plus ou moins esquissé dans mes livres, il n'y a plus qu'à en retirer la leçon".

Pour comprendre mon enthousiasme pour Joë Bousquet voir ici Joe Bousquet était un grand ami de Gaston Bonheur, journaliste il écrivait une chronique dans les années 70 dans Télé 7 Jours.

Merci à ma bienveillante amie poète a ses heures !!!

2 commentaires:

Holly Golightly a dit…

Merci, ma petite Alice.
Tout cela est comme un commentaire de ce que je suis en train de vivre en ce moment... Toutes ces citations me parlent très près du coeur et de l'âme, tout bas, mais très fort...

Malice a dit…

Cela ne m'étonne guère chère Holly, mon petit doigt me l'avait bien dit ! J'aime énormément Bousquet c'est une écriture assez mystérieuse et qui a le goût du secret ;-)