Pages

mercredi 14 septembre 2011

Shirley d 'après les "Carnets" de Shirley Goldfarb

Textes réunis par Gregory Masuvosky
Traduits par Frédéric Faure
adaptation : Caroline Loeb

Ouvrage lu il y a un moment mais touchant et passionnant !
Caroline Loeb en avait fait une adaptation théâtral avec la grande Judith Magre (hélas pas vu mais l'ouvrage et prenant). 

Shirley Goldfarb est née le 4 août 1925 aux États Unis. Ces parents sont juifs. À dix-neuf ans elle part à New-York. Elle pose nue pour des peintres, elle rencontre son mari Gregory. Puis en 1954, ils emménagent à Paris. Les lieux qu'ils fréquentes son le Flore, la Coupole, le Sélect ... et là ils rencontrent le Tout-Paris de la mode. Et c'est dans ces cafés qu'elle écrit des notes, elle évoque aussi son cancer, ses doutes sur la création.  " Le cancer est un nazi dans mon corps. Premières lignes écrites avec le stylo Yves Saint Laurent ... Ce stylo me portera-t-il chance ? " Car Shirley est une artiste, sa première exposition personnelle c'est déroulé à Paris en 1956. Voir ses œuvres ici. " Aujourd'hui c'est un bon jour pour recommencer. Un bon jour pour acheter des toiles, une palette, un couteau et pour m'en sortir. Je n'ai pas peint depuis une éternité, au moins deux ou trois mois !" 

Elle est décédée en 1980. Voilà ce que dit Caroline Loeb dans la préface : " Navigant dans le jet set des années soixante-dix, échangeant des "bons mots" avec Warhol, Hockney, Baco, Paloma Picasso, Karl Lagerfeld ou Loulou de la Falaise, elle transformait en dandysme la dureté de sa vie, et elle s'autoproclamait "pique-assiette professionnelle".
Ces carnets évoquent le quotidien de Shirley à Paris, dans les année soixante dix. C'est une écriture qui prend aux tripes, c'est écrit à vif. C'est en lisant le livre de Cyrille Martinez que j'ai pensé à Shirley Goldfarb. Car elle aussi était considéré comme chômeuse. Il me semble qu'elle a eu beaucoup de mal à se faire une place dans l'art contemporain.  " Je suis malheureuse, presque suicidaire aujourd'hui, paralysée à l'idée de peindre encore un autre tableau qui traînera là à prendre la poussière."
" J'étouffe, j'ai des palpitations parce que les gens ne vont pas voir mon exposition."




" Je suis non écrivain 
Je suis non artiste
Je suis non rien 
mais un rien merveilleux "

Aucun commentaire: