Pages

lundi 19 février 2018

DIDIER BLONDE : Leïlah Mahi 1932

Prix Renaudot Essai 

"Tout paraissait étrange en elle. Ses grands yeux qui brillaient d'un éclat hypnotique, celui de la passion ou de la folie. Sa pose de femme fatale, provocante à moitié découverte, presque indécente dans cette nécropole. L'absence de date de naissance. D'où venait-elle ? Comment avait-elle fini ?"

Une enquête d'après une photo vu au Cimetière du Père Lachaise.
Qui est cette femme énigmatique ?
Le narrateur découvre sur une plaque funéraire du columbarium un portrait photographique qui l'attire irrésistiblement. Il représente une femme énigmatique, coiffée d’un turban. Sous la photo, un nom : Leïlah Mahi et une date unique : 12 août 1932. Obsédé par cette vision, il décide de retrouver sa trace.
Leïlah Mahi 1932 est aussi une réflexion sur la fascination du pouvoir de l'image et d'une époque. L'on retrouve l'univers de Modiano, remonter le temps, aller à la recherche du temps perdu.
Enregistrer un commentaire