Pages

mercredi 15 novembre 2017

SYLVIA BEACH : SHAKESPEARE AND COMPANY

traduit de l'anglais par George Adam

Sylvia est une américaine francophile, ses parents lui ont transmis l'amour pour la France. C'est lors d'un voyage à Paris avec sa sœur Cyprian en 1917, qu'elle fit la connaissance d'Adrienne Monnier qui aimait l'Amérique. Elle tenait une librairie 7, rue de l'Odéon. Et, très rapidement le courant passe entre ses deux femmes, c'est la naissance d'une grande amitié.
"Nous nous sommes assises pour bavarder, de livre naturellement. Elle me raconta qu'elle s'intéressait depuis toujours à la littérature américaine."
" Je fus la seule Américaine, je crois, à découvrir la rue de l'Odéon à cette époque et à participer à la vie excitante de la librairie d'Adrienne" Sylvia rêve de possédé une librairie aussi. Son rêve sera exaucé.

Adrienne Monnier
"Shakespeare and Company "est un livre de souvenir.  Sylvia Beach transmet son expérience merveilleuse à diriger cette librairie. " Shakespeare and Company ouvrit ses portes. C'était le 19 novembre 1919. "
Comme la bibliothèque d'Adrienne Monnier Shakespeare and Company était une bibliothèque de prêt où l'on trouve des nouveautés américaines. Le premier client a été le compositeur américain George Antheil.  " C'était souvent par Robert (Bob) McAlmon qu'était amené un nouvel ami à Shakespeare and Company. J'avais vu arriver ce jeune poète du Middle West dans les premiers jours de ma librairie."
Bryher
Bryher est une romancière et éditrice de magazine, elle a été une figure importante du milieu littéraire anglophone dans le Paris des années 1920.  " Puis un beau jour, qui fut un grand jour pour Shakespeare and Compagny, Robert McAlmon l'amena chez moi - une jeune Anglaise timide, habillé d'un costume tailleur et coiffé d'un chapeau portant deux rubans flottant squi me faisaient penser à un béret de marin. Je ne pouvais détacher mon regard de ses yeux : tellement bleus, plus bleus que la mer ou le ciel ou même que la grotte bleue de Capri. Leur expression était plus belle encore et j'en suis toujours aussi émerveillée. "
Hemingway et McAlmon
James Joyce, sa femme Nora et ses enfants

Bien sûr entant que voisine Gertrude Stein et Alice Toklas se sont intéressée à Shakespeare et Compagny. " On ne s'ennuyait pas avec Gertrude Stein et Alice B. Toklas ! Ca que l'une racontait, l'autre le complétait." Sylvia Beach avait une passion pour Joyce, ce n'était pas le cas pour Gertrude Stein.  Elle avait aucune sympathie pour cet écrivain irlandais. Sylvia Beach a soutenu Joyce dans la création d'Ulysse avec la complicité de l'éditeur américain Robert McAlmon. "Robert McAlmon, lui, était infatigable . Il fit la tourne des boîtes de nuit et chaque matin, à l'aube, avant de rentrer chez lui . Il déposait chez moi une poignée de bulletins, certains portant des signatures assez zigzagantes. Il m'arriva ensuite de rencontrer des personnes un peu surprises de se trouver parmi les souscripteurs d'Ulysse."
Cette expérience ne fut pas de tout repos, car après avoir connu la pauvreté comme Ulysse connait un succès il aime dépensé son argent et il a des goût de luxe. Valérie Larbaud est le traducteur français et il s'entend à merveille avec Joyce. Ses souvenirs sont plein de vie et passionnant et de modestie. J'aime beaucoup toutes les étapes concernant Ulysse.
James Joyce, Ernest Hemingway, Valéry Larbaud, Scott Fitzgerald ces écrivains fréquentes avec un grand bonheur la librairie de Sylvia Beach appelée Shakespeare and Company rue de l'Odéon. 
Ernest Hemigway est un fervent lecteur et adore l'accueil chaleureux de Sylvia. Une très belle amitié s'installe entre eux.D'ailleurs il écrira un roman en hommage à Sylvia et Adrienne dans" Paris est une fête"


Elle évoque des personnages étonnants qui sont des acteurs cette époque comme Nathalie Barney, Remy de Gourmont. 

 Elle et Adrienne rencontrent Scott Fitzgerald un leurs grands copains . Grâce à lui, Sylvia fait la connaissance de King Vidor un des grands réalisateurs d'Hollywood et rentré dans la librairie le l'immense George Gershwin, aussi Serge Eisenstein le grand metteur en scène russe. "Ce fut certainement un des hommes les plus intéressants qu'il me fut donné de connaître . Très attentif au mouvement littéraire, Eisentein était fervent admirateur de Joyce." Elle fait une grande exposition pour faire connaître au français le grand poète américain Walt Whitman. En 1930, Gertrude Stein et Alice B. Toklas se lancent aussi dans l'édition à leur propre adresse au 27 rue de Fleurus. 

Un beau témoignage sur cette époque foisonnante durant l'entre deux guerre où 
Sylvia Beach mêle les grands moments littéraires et les anecdotes personnelles.



Enregistrer un commentaire