Pages

vendredi 14 août 2015

KAMEL DAOUD : Meursault, contre-enquête

Prix des 5 Continents 2014 
Prix Goncourt du premier roman 2014
Prix François Mauriac 2014

"Moussa était mon aîné, sa tête heurtait les nuages. Il était de grande taille, oui, il avait un corps maigre et noueux à cause de la faim et de la force que donne la colère."
Un homme, Haroum,  le frère de l’Arabe tué par Meursault dans L’Étranger, le fameux roman d’Albert Camus. Il entend relater "j'ai appris à parler cette langue et à l'écrire ; pour parler à la place d'un mort,continuer un peu ses phrases." sa propre version des faits, "raconter l’envers du décor, rendre son nom à son frère et donner chair à cette figure niée de la littérature: l’« Arabe ». "Personne, même après l'Indépendance n'a cherché à connaître le nom de la victime, son adresse, ses ancêtres, ses enfants éventuels."Il s'adresse à un universitaire anonyme spécialiste de Camus. Il lui raconte son destin, sa mère son rapport avec les femmes et l' Algérie. Haroum a besoin de reconnaissance. Il s’empêtre dans son récit, délire, ressasse rageusement ses souvenirs, maudit sa mère, peste contre l’Algérie, cette société absurde. Il se trouve que lui aussi il  a été un Meursault.
 Le lecteur ressent bien la colère de Haroum : la banalité du meurtre, le colonialisme, le racisme contre l'identité algérienne. L'auteur a rendu un magnifique hommage à Camus, et de pouvoir redonner vie à  l'arabe. C'est un roman sur la question de la condition humaine. 
L'écriture est superbe, la construction du roman est original. "Ah  ! Tu semble étonné par mon langage. Comment et où l'ai-je appris ? A l'école. Seul . Avec Meriem. C'est surtout elle qui m'a aidé à perfectionner la langue de mon héros, et c'est elle qui m'a fait découvrir, lire et relire encore ce livre que tu conserve dans ton cartable comme un fétiche. "
Un roman magnifique, riche, qui m'a enthousiasmée. 

2 commentaires:

BlueGrey a dit…

Ce livre me tente depuis un moment déjà, ton avis enthousiaste me conforte : il me faut le lire !

Malice a dit…

Ah ! Oui vraiment, c'est un magnifique roman ! Il est court mais dense !