Pages

mardi 18 août 2015

GAËLLE NOHANT : La part des flammes

La Part des flammes nous plonge dans le Paris de la fin du XIX ième au cœur d’une histoire follement romanesque . 
Pendant trois jours en 1897 au mois de mai, le Tout-Paris se presse rue Jean-Goujon pour le grand rendez vous mondain parisien, où il faut se montrer. Cet année là, le Bazar de la Charité se déroule dans un hangar somptueusement décoré. 

C'est le début du cinématographe, le jour de l'inauguration et immense incendie se déclare c'est la panique. 
Les victimes sont nombreuses essentiellement  des femmes, les séquelles chez les survivantes sont dramatiques.
"Elles jaillirent comme accouchées par les flammes, deux formes titubantes et dansantes, flambant dans leurs vêtements, hurlant le plus vieux hurlement de la terre, torturées jusque dans leur âme." Nous suivons le destin de trois femmes :
Sophie la duchesse d'Alençon
 La duchesse d'Alençon 
" L'inconnue était donc la duchesse d'Alençon, princesse en Bavière, petite sœur de l'impératrice d'Autriche et épouse d'un membre de la famille royale de France ! Cette femme qu'on disait secrète et détestant les mondanités était la clé qui pouvait ouvrit à Violaine de Raezal les portes du Bazar de la Charité."
Hélas elle fait partie des nombreuses victimes. 
Constance d’Estingel, elle vient de rompre brutalement ses fiançailles, elle a été très marqué par son éducation religieuse. Une autre femme au centre de ce roman Violaine elle n'est pas très apprécié par l'aristocratie. 
Ces deux dernières seront en vie mais à quel prix !
L'incendie du bazar de la Charité est  une terrible tragédie : la perte  d'un être cher. 

C'est un roman sur la condition de la femme au XIX ième siècle.
Les femmes sont des personnes fragiles, c'est  aussi le début de la psychiatrie.En lisant ce roman, j'ai beaucoup pensé à mon arrière grande tante. Elle s'était rendue aussi au Bazar de la Charité où elle en est jamais revenue, décédée dans ce terrible incendie. 
C'est un roman avec de nombreux rebondissement, c'est une très belle fresque sociale de l'époque où les personnages féminin plus particulièrement sont particulière attachantes. 

J'ai découvert ce livre grâce à Gérard Collard lors de sa présentation "le coup de coeur des libraires" sur LCI. Je dois dire que ce roman a été pour moi un gros coup de cœur durant mon été. La part des flammes est véritablement un excellent roman. De Gaelle Nohant j'avais lu et beaucoup apprécié l'ancre des rêves


4 commentaires:

Wictoria W a dit…

Ma chère Malice, merci pour ta revue des lectures 2015 qui me fait découvrir ce roman que j'avais zappé je l'avoue ! très belle année 2016 !

claudialucia a dit…

Moi aussi je suis venue à la suite de ton billet récapitulatif et c'est ce livre que j'ai envie de découvrir dans ta liste.Comment à partir d'un fait divers (horrible), on peut parler de la société et des êtres humains.
Merci de ta visite dans mon blog.

Malice a dit…

@Wictoria et Claudia : Il faut reconnaître que ce roman est sorti au début de l'été et donc un peu inaperçu.
Et c'est tout à fait cela Claudia : Gaëlle Nohant parle de la société, du sort des femmes à travers un fait divers !

Dylan Lockhart a dit…

Il est resté assez discret mais je l’ai aperçu dans quelques pubs et comme je connaissais déjà ce fait-divers sordide, il m’a immédiatement intéressée ! Mais plus que ça, je suis ravie de voir que le contexte historique est pleinement exploitée et que l’auteure « va voir plus loin » au lieu de juste recycler un drame pour nous tirer des larmichouilles : ça m’encourage davantage à le lire et à me plonger, une fois de plus, dans le XIXème siècle.
Si j’accroche, je me dirigerai ensuite vers L’ancre des rêves :)