Pages

mercredi 29 juillet 2015

STEFAN ZWEIG : La confusion des sentiments

Traduction Alzir Hella et Olivier Bournac


Au soir de sa vie, un vieux professeur se souvient de l’aventure qui, plus que les honneurs et la réussite de sa carrière, a marqué sa vie. A dix-neuf ans, il a été fasciné par la personnalité d’un de ses professeurs ; l’admiration et la recherche inconsciente d’un Père font alors naître en lui un sentiment mêlé d’idolâtrie, de soumission. 
" Quant à moi, je ne pouvais pas bouger, j'étais comme frappé au cœur. Passionné et capable seulement de saisir les choses d'une manière passionnée, dans l'élan fougueux de tous mes sens, je venais pour la première  de me sentir conquis par un maître , par un homme ; je venais de subir l'ascendant d'une puissance devant laquelle c'était un devoir absolu et une volupté de s'incliner."
Zweig avec "La confusion des sentiments" aborde la question de l'homosexualité. Le narrateur est sous le charme, idolâtre son maître un spécialiste du théâtre élisabéthain. Jusqu’où peut conduire une passion pour un travail intellectuel, qu’y a-t-il chez ce vieil homme et son étrange épouse que le jeune homme ne voit pas ? L'écriture comme toujours chez Zweig est magnifiquement ciselée. Une nouvelle vertigineuse et prenante qui se lit lentement, il faut dire qu'il règne  un climat de suspens et de tension qui donne la chair de poule.
l'école d'Athènes de Raphaël

" Au-dessus de la table était accroché l'Ecole d'Athènes de Raphaël, tableaux qu'il aimait particulièrement (comme il me l'expliqua par la suite, parce que toutes les disciplines, tous les courants de pensée y sont symboliquement unis en une synthèse parfaite. "
Sigmund Freud a salué la finesse et la vérité avec laquelle l'auteur restitue le trouble d'une passion et le malaise qu'elle engendre chez celui qui en est l'objet.

1 commentaire:

Cristie a dit…

Un auteur que j'aime !