Pages

lundi 15 juin 2015

THOMAS HARDY : Loin de la foule déchaîné

 Traduction de Thierry Gillybœuf

"En outre, la position qu'occupait Bathsheba, maîtresse absolue d'une ferme et d'une maison, était nouvelle et la nouveauté de cette situation ne s'était pas encore dissipée."
Bathsheba est une héroïne intelligente et indépendante, elle gère une ferme d’une main suffisamment ferme pour être prise au sérieux, ce qui n’est pas un petit exploit dans l’Angleterre rurale du XIXe siècle. Pourtant, elle va se laisser mener par la vanité dans sa vie amoureuse,  sa vision du mariage est assez atypique. Elle hérite à vingt ans d’un beau domaine, qu’elle dirige seule. Quand un incendie se déclare dans sa propriété,  Gabriel Oak, apporte une aide précieuse pour sauver ses récoltes. Elle lui procure un emploi. Gabriel Oak est berger à Norcombe.
 Il possède quelques moutons et espère prospérer afin de devenir propriétaire de sa propre ferme. Gabriel Oak représente l'homme idéal proche de la nature, calme et  honnête. Il a beaucoup de sympathie pour Bathsheba. C'est un personnage très touchant et attachant, un magnifique personnage.
 Boldwood fait aussi la cour à Bathsheba, un célibataire de quarante ans " Pour Boldwood, les femmes étaient des créatures étranges plutôt qu'un complément nécessaire, des comètes d'aspect, de mouvement et de durée incertains, qu'il ne s'était jamais donné la peine d'étudier, ignorant si leurs orbites étaient géométrique, immuables et soumises à des lois, telles qu'elle paraissaient l'être au premier coup d'œil." Il brouille les pistes avec Bathsheba. 
Le sergent Troy se montre bien peu attaché au milieu agricole. Il est joueur, versatile, inconsistant, personnage horripilant. Trois hommes font la cour à la belle Bathsheba, tous les trois sont issus d'un milieu  social différent. Qui des trois va se marier avec la belle Bathsheba ? Ce roman tourne autour du mariage. 
 Bathsheba est une femme moderne, indépendante. Elle a beaucoup de fierté. En tant que lectrice, je me suis pas beaucoup attachée à elle, j'ai une nette préférence pour Liddy que je trouve charmante.  La campagne est magnifiquement présente, elle est traité comme un personnage


C'est un Thomas Hardy beaucoup moins sombre par rapport à Tess et Jude. L'ambiance est toujours aussi champêtre, l'histoire se déroule dans le Dorchester qui est le Wessex dans ces romans. C'est un roman lumineux accompagné d'une fin magnifique. 
C'est le premier grand roman de Thomas Hardy, mais pour moi il est en dessous de ses deux chef-d'œuvres  qui sont Jude et Tess.  Les références à la Bible sont toujours présente, la plus évidente celle du berger et de ses moutons. Loin de la foule déchaîné est très shakespearien dans sa structure romanesque tout comme ses autres grands romans. 
Le roman graphique de  Posy Simmonds Tamara Drewe  s'inspire de ce roman de Thomas Hardy. 


J'ai vu aussi l'adaptation cinématographique. J'étais curieuse  de voir et mon avis est mitigé. Oui, le réalisateur a su être très fidèle à l'univers de Thomas Hardy. Mais, j'ai trouvé que les acteurs manquait de charisme, que le film en lui même manquait de souffle et de passion. C'est un film qui se laisse bien regarder malgré tout !


Thomas Hardy vu par Virginia Woolf dans Essais Choisis 

"Ce moment vint, parfait et absolu, avec Loin de la foule déchaînée. Le sujet était bon ; la méthode était la bonne ; le poète et l'homme de la campagne, l'homme sensible, l'homme austère et méditatif, l'érudit, tous contribuèrent à produire un livre, qui peu importent les modes, à toute sa place parmi les grand roman anglais. "

"Les falaises de craie, ponctuées de tumulus et de cabanes de bergers, se dressent contre le ciel, lisses comme les vagues, mais aussi massives et éternelles ; s'évanouissant en rouleaux infinis, mais abritant aussi dans leur plis de paisibles villages d'où, le jour, montent de fragiles volutes de fumée et dont on voit le soir luire les lumière dans l'obscurité profonde."

" La nature est généreuse magnifique et luxuriante; pas encore maléfique, elle reste la Mère des hommes laborieux." " C'est avec Oak, Troy, Bathsheba et Fanny que les hommes et les femmes de ses romans prennent toute leur ampleur. "



2 commentaires:

maggie a dit…

J'ai acheté le livre. Là j'ai commencé un autre roman mais je compte aussi voir l'adaptation... globalement, j'ai l'impression que les lectrices ont été conquises par le livre et le film

Dylan Lockhart a dit…

Je ne connaissais même pas ce livre à la base, bien que le nom ne l’auteur ne m’était pas inconnu… Et puis j’ai vu les affiches du film dans la rue et même si je ne suis pas familière avec les acteurs (une brochette de jeunes et beaux acteurs quoi…), je me suis dit qu’il fallait que je me renseigne…
Forcément, le rituel tient encore : je dois lire le livre avant de le voir ! (l’avantage de ces adaptations, même si certaines peuvent être ratées, c’est que les maisons d’édition ressortent des classiques oubliés)

Si l’esprit campagne est bien illustrée et que le charme perdure, j’ai hâte de m’y mettre. Si il est moins sombre que Tess d’Urberville, bon, ce n’est pas si grave puisque je ne l’ai pas encore lu (et je garderai "le meilleur" pour la fin alors), Loin de la foule déchaînée fera donc une première rencontre avec l’auteur :)