Pages

samedi 11 avril 2015

NELL LEYSHON : La couleur du lait

Traduit par Karine Lalechère
C'est le premier roman traduit en français de l’écrivain anglaise Nell Leyshon. 

«ceci est mon livre et je l’écris de ma propre main. écrire prend du temps, il faut tracer chaque mot lettre par lettre sur la page et quand c’est fini il faut encore vérifier qu’ils sont bien choisis. et pourquoi. souvent une histoire se passe plus vite qu’il ne faut de temps pour l’écrire. pourtant je dois me hâter car il ne me reste pas beaucoup de temps.»
En  1831,  dans la campagne anglaise du Dorset, Mary, une jeune fille de quinze ans. Elle est simple, franche et lucide. Elle grandit entre  un père brutal, une mère insensible et sévère une vie de misère.  Mary est une adolescente touchante de générosité. «on fait une sacrée paire tous les deux. quatre jambes et seulement une qui marche comme il faut. on a ri et je me suis levée.» Elle raconte comment, un été, sa vie a basculé lorsqu'on l'a envoyée travailler chez le pasteur Graham, afin de servir et tenir compagnie à son épouse, femme fragile et pleine de douceur.
Elle apprend avec elle la bienveillance, et découvre avec le pasteur les richesses de la lecture et de l'écriture. Elle va se servir de cet apprentissage qui lui servira a écrire son histoire . 
Nulle majuscule, une ponctuation aléatoire, des phrases courtes et d’une grande humilité, la Couleur du lait est le récit écrit mot à mot par Mary elle-même, avec ses formules à l’emporte-pièce, ses hésitations, mais surtout une obstination admirable. «il y a une chose qu’il ne faut pas oublier. j’écris ces mots de ma main en l’an de grâce mille huit cent trente et un et j’en suis fière. vous comprendrez pourquoi. je m’étais promis de tout vous raconter, mais je ne l’ai pas fait. j’ai menti.»  La Couleur du lait se déroule en quatre temps, celui du rythme de la nature. Ce un roman qui pour son ambiance  me fait penser aux romans de Thomas Hardy, mais aussi à un roman anglais Sarn de Marry Webb.

1 commentaire:

Dominique a dit…

ce livre fut un vrai plaisir de lecture pour moi
j'ai aimé cette langue, ce personnage