Pages

lundi 27 octobre 2014

CHRISTOPHE DONNER : Quiconque exerce ce métier stupide mérite tout ce qui lui arrive

Rentrée littéraire 2014

"- Quelle misère ! Il faut que tu arrêtes avec ça, mec. Tu dois faire des grands films, à dix, vingt millions ! En cinèmascope ! C'est fini, le noir et blanc à trois francs cinquante ! Finie la Nouvelle Vague avec caméra à l'épaule, on en a plein le cul avec ça. Il faut voir grand. Pro. A l'américaine."

Christophe Donner dresse l'ascension de Claude Berri, Maurice Pialat et Jean-Pierre Rassam dans les années 60/70. Claude Berri et Jean Pierre Rassam sont producteurs avant tout et Pialat lui est surtout connu pour être un réalisateur. Ils sont au début de leur carrière respectives des grands amis puis petit à petit cela sera la guerre entre eux et ils seront ennemis. 
Jean Pierre Rassam est un  flambeur grandiose, un joueur de poker. Avec Claude Berri il va sauver les enfants de Milos Forman à Prague,  il mise tout sur les films trotskystes de Godard, saute des des prostituées. 

Christophe Donner n'a pas le talent de Jean Jacques Schulh pour évoqué la vie de ce nabab du cinéma français. Ce dernier avait déjà évoqué la figure mythique de Jean Pierre Rassam dans Ingrid Caven et dans Entrée des fantômes avec talent.  J'avais beaucoup aimé l'autobiographie de Claude Berri, lu certes il y a longtemps mais j'en garde un excellent souvenir. 
Conclusion c'est un livre pas inintéressant si l'on s'intéresse au cinéma et en particulier à cette époque du cinéma fin année 60/70. Mais, j'ai été tout de même déçu, car je trouve ce roman à la limite malsain. Une déception ! 


Un passages a tout de même retenu mon intention. C'est à propos de l'Enfance nue  réalisé par Pialat et du Vieil homme et l'enfant de Claude Berri, le premier a été un bide l'autre un succès. Et c'est Rassam qui fait le rapprochement " Le héros de l'Enfance nue a le même âge que celui du Vieil Homme et l'enfant. Comme dans le film de Berri, l'enfant est adopté par un vieux monsieur qui raconte sa guerre mais dans le film de Pialat à la place du Michel Simon ramenard  qui invite pour le gosse des exploits douteux, le vieil homme René Thierry raconte de vrais souvenirs de résistance et au lieu de montrer de fausses blessures de baïonnette, il égrène humblement les photos de ses copains fusillés."
Le comble tout de même est que Claude Berri  a mis de l'argent dans l'Enfance nue, la raison est la suivante Berri est le beau-frère de Pialat. " Cela n'a pas empêché Berri de produire L'Enfance nue, et de l'aimer. Et il n'a pas vu que le film de Pialat prenait le sien à revers, c'est sans doute que Pialat ignorait lui-même à ce moment là "

2 commentaires:

Kathel a dit…

Je n'étais pas tentée au départ, je n'allongerai pas ma liste à lire...

Anis a dit…

Je vois que tu es en pleine passion cinématographique. J'aime beaucoup aussi l'écriture cinématographique.