Pages

samedi 3 mai 2014

JEANETTE WINTERSON : Pourquoi être heureux quand on peut être normal ?

Traduit par Céline Leroy

«La vie est faite de couches, elle est fluide, mouvante, fragmentaire»
 Jeanette Winterson a publié un roman autobiographique "les oranges ne sont pas les seuls fruits" en 1985.  Elle est adoptée par un couple pentecôtistes. Elle est issue par adoption d'un milieu très croyant, elle va à l'église tous les jours sauf le jeudi. Sa mère adoptive est sévère, elle ne sait pas aimer son enfant.  Pour cette petite fille surdouée issue du prolétariat de Manchester, l'écriture est d'abord ce qui sauve. " Quiconque possède un lit une place de taille standard et une collection de livres de poche de taille standard saura que l'on peut glisser une surface de soixante douze volumes par couche sous le matelas. Peu à peu, mon lit a commencé à prendre de la hauteur comme celui de la princesse au petit pois, si bien que je dormais plus près du plafond que du sol."Jeanette a été  sauvée par les livres qu’elle dévorait à la bibliothèque municipale et elle  réussit à intégrer Oxford. Cette autobiographie est touchante, sincère une lecture enrichissante concernant le pouvoir des mots, des histoires pour se construire. Mon avis concernant cet ouvrage est le suivant, j'ai enfin fait la connaissance avec Jeanette Winterson.  J'ai apprécié le début car sa mère adoptive est un personnage fascinant, grotesque, hallucinant mais une fois que Jeanette part faire sa vie je n'ai pas pris tellement d'intérêt à ma lecture.

1 commentaire:

Anis a dit…

J'ai vraiment adoré ce livre, il fait vraiment écho en moi.