Pages

lundi 21 avril 2014

SANDOR MARAI: Les mouettes

traduction de Catherine Fay
En Hongrie, une guerre s'annonce,  dans le bureau d’un cabinet ministériel un conseiller voit arriver une belle femme, Aino Laine qui vient chercher un visa  « Les gens savaient que leur destin était en train de tourner, que des forces s’étaient mises en mouvement et commençaient à agir dans le monde… et les amoureux se serraient plus fort l’un contre l’autre cette nuit-là. » C'est une jeune réfugiée finlandaise, elle est le parfait sosie de Ilona, une femme que l’homme a aimée jadis et qui s’est suicidée. Aino Laine, telle une mouette qui suit un parcours instinctif vient du grand froid, survole des pays en guerre pour trouver cet homme, pour lui rappeler cette autre femme. Aino Laine est une femme énigmatique, plein de mystère. Il l'invite à l'opéra, ils font connaissance. 
Ce roman  est une interrogation sur l’identité, son double.

C'est la première fois que je lis cet auteur. En lisant le titre de ce roman "Les mouettes, je fais un rapprochement avec la célèbre pièce de Tchekhov "La mouette".  L'univers est étrange. L'écriture est intéressante et riche. Mais je ne suis pas  tout à fait séduite par ce roman, il ne m'a touche pas véritablement. Je l'ai trouvé long, ennuyeux, la structure du roman fait penser à une pièce de théâtre. Malgré tout c'est une histoire romanesque dont l'univers est proche de Zweig. C'est un roman séduisant avec de très beaux passages. Au final c'est tout de même un beau roman pour ma part mais sans plus. 

1 commentaire:

Praline Pralineries a dit…

Ce n'est pas le meilleur roman de cet auteur. Je te conseille plutôt Paix à Ithaque ou Premier amour !