Pages

lundi 24 février 2014

PATRICE DELBOURG : Max Jacob un drôle de paroissien

Ce livre sort à l'occasion du 70 ième anniversaire de la mort de Max Jacob, mort à Drancy en 1944. En ce début d'année, j'ai déjà rencontré Max Jacob avec cette très belle BD.
Ses origines sont bretonnes né à Quimper en 1876. C'est à l'âge de vingt ans qu'il débarque à Paris, il va mener une vie de bohème à Montmartre, il va être à la fois peintre, critique d'art, ami de Cocteau, Apollinaire, Picasso etc ... Ce dernier a joué un rôle important dans sa vie.  Il est d'origine juive " Et ce n'est que le 18 février 1915, au couvent de Sion, qu'il se convertira. Picasso sera son parrain."
1921, il quitte Paris, pour aller vivre en province à Saint Benoit sur Loire, là il mène une vie monastique. 

En 1927, il revient sur Paris, et il aime la fête, au Lapin Agile. En 1936, à soixante ans il quitte Paris pour retourner à Saint Benoît sur Loire,  mais cette fois ci il est rejeté du monastère à cause de ses frasques parisiennes. Peu lui importe il vivra simplement dans deux belles chambres que lui loue Madame Persillard.  A la déclaration de guerre, il est obligé de porter l'étoile jaune, le 24 février 1944 il est arrêté par les Allemands. Il meurt d'une congestion pulmonaire à Drancy au camp de la Muette.
Max Jacob était un véritable dandy de l'entre deux guerre.
Il était un personnage burlesque et grave. Il est poète, il adore joué avec les mots comme un jongleur, un acrobate.
" La jonglerie a cédé devant la prière, et le diable a fui devant le divin. Pour lui égrener un chapelet s'apparente à une projection de volonté, une opération magique dotée d'une force d'obus." Il aime dérangé, il a gardé son âme d'enfant. Il aimait écrire à ses amis jusqu'à son arrestation.
" Maurice Sachs, le sulfureux auteur du Sabbat, futur  collaborateur des nazis, longtemps très proche de son premier cercle amoureux tenta de le faire chanter en le menaçant de publier  certains textes embarrassant et peu flatteurs. Max refusa tout net, ces diverses escroqueries et indélicatesses scellèrent la rupture d'une amitié ombrageuse."

Patrice Delbourg rend un hommage-portrait vivant de ce poète méconnu. Un hommage qui est très agréable à lire, qui donne envie de mieux connaître ce grand poète Max Jacob.

2 commentaires:

Mrs Figg a dit…

Depuis que j'ai 'découvert' de personnage dans la BD Pablo, j'ai également envie d'en savoir plus sur lui. Je note donc cet essai qui a l'air très prometteur ... Merci !

Malice a dit…

Oui tout comme moi Mrs Figg, oui ce texte biographique m'a beaucoup est très séduisant. Je t'invite bien évidement à le lire ;-)