Pages

dimanche 2 février 2014

MARCEL PROUST: Amoureux de la musique

"je me demandais si la musique n'était pas l'exemple unique de  ce qu'aurait pu être- s'il n'y avait pas eu l'invention du langage, la formation des mots, l'analyse des idées la communication des âmes. "(la prisonnière)
La musique tient une place fondamentale dans la Recherche via la musique de Vinteuil.  A chaque fois que  la Sonate de Vinteuil se pointe c'est une petite phrase qui impose le silence, tout le monde se tait
Elle liée à l'amour de Charles Swann pour Odette : Un amour de Swann . Elle est une métaphore féminine. 
Vinteuil était un professeur de piano, snob. 
Pour  la Sonate de Vinteuil, Marcel Proust s'est inspiré de Schubert, Beethoven, Mozart, la Sonate de César Franck, de Fauré... et puis peu importe. Car la sonate a l'écoute évoque la curiosité, l'étonnement, la surprise. La musique renvoie au silence, la vie intérieur, l'intime.  "La petite phrase" est semblable à "la petite madeleine." Elle hante l'ensemble de la recherche car elle symbolise la vie. Cette petite phrase est seulement cinq notes, c'est une langue secrète. La Sonate de Vinteuil traverse toute l'œuvre de Proust. Il y a une théorie de la musique dans la Recherche. "Le pianiste jouait pour eux deux, la petite phrase de Vinteuil qui était comme l'air national de leur amour. Il commençait par la tenue des trémolos de violon que pendant quelques mesures on entend seuls, occupant tout le premier plan, puis tout d'un coup ils semblaient s'écarter et comme dans ces tableaux de Pieter De Hooch, qu'approfondit le cadre étroit d'une porte entr'ouverte, tout au loin, d'une couleur autre, dans le velouté d'une lumière interposée, la petite phrase apparaissait, dansante, pastorale, intercalée, épisodique, appartenant à un autre monde."
Marcel Proust amant puis ami fidèle de Reynaldo Hahn. 
Proust avait une connaissance particulière de la Sonate de Franck, qu'il avait entendue très souvent. Lorsqu'en 1913, il écrit à Antoine Bibesco : " Je l'ai trouvé admirable. Les pépiements douloureux du violon, les gémissants appels répondaient au piano, comme d'un arbre, d'une feuillée mystérieuse. C'est une très grande impression. Et il désaffadit et redessine le rondeau qu'on a l'habitude de jouer en se pâmant sous prétexte qu'il est angélique." 
Marcel   Proust est  fin amateur de musique de chambre mais aussi d'opéra, comme son enthousiasme immédiat pour Pelléas et Mélisande de Debussy, Fauré. Il aimait aussi Wagner, Beethoven, Mozart... et aussi amoureux de Chopin. Il jouait lui même du piano, il avait une formation de mélomane. Reynaldo Hahn jouait au piano pour Marcel la sonate pour violon et piano de Saint-Saëns, qui fut en quelques sorte la sonate de leur amour. La musique était une grande passion pour tous les deux, mais ils avaient rarement les mêmes goûts. Les goûts de Reynaldo étaient plutôt classique alors que ceux de Proust étaient plus moderne. Proust avait une admiration pour Debussy et Reynaldo pas du tout.  

 C'est une magnifique édition qui réunie la littérature et la musique . Les lectures sont de Romane Bohringer, Didier Sandre, Michael Lonsdale.

************
Dans Les Plaisirs des Jours : 

Portraits de Musiciens : Chopin, Gluck, Schumann, Mozart
Ces portraits sont des poèmes dédiés aux musiciens qu'il aimait dans sa jeunesse.



2 commentaires:

Dominique a dit…

C'est un CD audio dont on m'a fait cadeau il y a quelques mois et que j'ai écouté plusieurs fois depuis
une belle réussite

Malice a dit…

@ Dominique : Oui en effet une très belle réussite et très élégante à mon goût !