Pages

jeudi 30 janvier 2014

L' étoile jaune et le croissant de Mohammed Aïssaoui


« Celui qui écoute le témoin devient témoin à son tour». L'ouvrage de Mohammed Aïssaoui est un  livre-enquête. Il tourne autour de Si  Kaddour Benghabrit, fondateur de la Mosquée de Paris et Recteur de la Grande Mosquée durant la Seconde Guerre mondiale, aurait-il sauvé des Juifs entre 1940 et 1944 ? Si cela est le cas, il pourrait ainsi devenir le premier Arabe consacré « Juste parmi les Nations » par le mémorial de Yad Vashem.  Si Kaddour Benghabrit  est un personnage ambigu, original,  complexe, il est un grand dignitaire religieux, mais aussi écrivain, intellectuel, amateur d’art et de théâtre. Il est décrit  comme un homme aimant la fête, les femmes, la vie mondaine  Il a sauvé le chanteur Salim Halali, il a trouvé  refuge à la Mosquée grâce à son recteur, ce qui lui permit d'échapper aux rafles.  L'auteur mène une  enquête de Paris à Oran en passant par Jérusalem, pas facile pour lui de trouver des témoignages. 
© alice Théaudière : La Mosqué de Paris

Celui de Philippe Bouvard est intéressant. Son père adoptif, Jules Luzzato, juif, petit-fils de rabbin, fabriquait des costumes civils pour des déserteurs allemands. Dénoncé et arrêté, il est finalement délivré suite à une démarche de la mère de Philippe Bouvard auprès de Si Kaddour Ben Ghabrit. «Avec ma mère, ajoutait-il, on se cachait, on a peut-être changé une dizaine de fois de domicile. Non, je ne me souviens pas que nous nous soyons cachés à la Mosquée. Mais j’y allais souvent, tout m’y semblait exotique, c’était, pour moi, le grand dépaysement en prenant simplement le métro jusqu’à Jussieu. Je pense que ce qui rapprochait ma mère et Si Kaddour, c’était la littérature, la culture et la musique. Son salon était très vivant.» Autre témoin intéressant  celui de Mohammed Aïssaoui consernant Oro Boganim, infirmière à l’hôpital franco-musulman, dont le fils Michel Tardieu, rapporte que Si Kaddour l’a appelée un jour pour lui dire : «les Allemands sont en train de regarder les dossiers du personnel de l’hôpital, ils vont se rendre compte que tu es juive. Sauve-toi tout de suite !» 
L’enquête de Mohammed Aïssaoui reste néanmoins un document inédit sur les liens possibles entre Arabes et Juifs durant l’Occupation. Mais où se situe la vérité, où est la légende.  Cet ouvrage est poignant, remarquable,  un travail méticuleux a été fournis par Mohammed Aïssaoui, passionné par son sujet. L'auteur avec raison soulève une question qui est toujours d'actualité pourquoi tant de haine entre les Arabes et juifs Sérafade. 
"Je 'arrive toujours pas à comprendre pourquoi l'étoile de David et le croissant ne cohabiteraient pas. "
Complément lire ici

" Qui sauve une vie sauve l'humanité entière ?"

Dans l'étoile jaune et croissant de Mohammed Aïssaoui il est souvent question de ce film  qui n'est qu'une fiction mais il est question tout de même de, Si Kaddour Ben Ghabrit durant la seconde guerre mondiale, un film très intéressant qui complète bien l'essai de Mohammed Aïssaoui même si c'est qu'une fiction:
Les Hommes libres 
d'Ismael Ferroukhi

En 1942, Paris est occupée par les Allemands. Younes, un jeune émigré algérien, vit du marché noir. Il est arrêté par la police française, Younes (personnage fictif interprété par Tahar Rahim) accepte d’espionner pour leur compte à la Mosquée de Paris. La police soupçonne en effet les responsables de la Mosquée, dont le Recteur, Si Kaddour Ben Ghabrit (Michael Lonsdale), de délivrer de faux-papiers à des Juifs et à des résistants. A la mosquée, Younes rencontre le chanteur d’origine algérienne Salim Halali (Mahmoud Shalaby). Touché par sa voix et sa personnalité, Younes se lie d’amitié avec lui. Il découvre rapidement que Salim est juif. 

3 commentaires:

Dominique a dit…

j'ai lu ce livre il y a quelques temps, j'avais été un peu gênée par le côté très ambigu du personnage mais très intéressé par le contexte
Il y a eu une excellent série sur Arte sur l'histoire commune des juifs et des musulmans que j'ai beaucoup apprécié et qui pourrait peut être un jour ou l'autre inspirer les politiques

DF a dit…

Partant d'une question bien précise, le livre de M. Aïssaoui est important, en effet! Je l'avais chroniqué pour le journal de ma ville, après une lecture instructive...

Malice a dit…

@Dominique : Oui je suis bien d'accord avec toi quel personnage ambigu ce Si Kaddour Ben Ghabrit ;-)
@ DF : Oui un beau travail de mémoire poignant !