Pages

mardi 28 janvier 2014

VITA SACKVILLE-WEST : Au temps du Roi Édouard


Traduit par Alice Turpin

En 1905, sous le règne d’Édouard VII, Sébastien a dix-neuf ans, il est le cinquième duc de Chevron, l’héritier d’un domaine à Chevron.  " Toute la population féminine de Chevron songeait perpétuellement au mariage de Sébastien et de ses conséquences." Il fait la connaissance de Leonard Anquetil,  un aventurier.  Il y vient avec un regard critique, il observe cette société qui lui est méconnu. 
Sébastien  va devenir l'amant de Sylvia, Lady Roehampton, une amie de sa mère. 
Sargent
" Il aimait beaucoup lady Roehampton, et sa présence lui causait toujours un étrange malaise. Avec son grand chapeau de paille d'Italie orné de rose et de rubans de velours bleu, son fichu en mousseline Marie-Antoinette, elle ressemblait tout à fait au portrait que Sargent avait fait d'elle (le clou du Salon, cette année-là), et on comprenait sans mal qu'elle ait acquis la réputation de "beauté professionnelle". 
 Cette liaison sera  interrompue par le mari de Lady Roehampton. Il la ramène à la raison de son rang. 
Vita Sackville-West décrit un monde entre deux, celui d'une aristocratie anglaise qui ne voit pas l'évolution de la société et des mœurs. J'ai découvert ce roman grâce à Lou, j'a bien aimé cette lecture mais sans plus. Une lecture en demi teinte pour moi puis aucun personnage  est attachant. Je trouve cette famille d'aristocrate assez désagréable, voir antipathique. 
Entre autre au moment de Noël : " - Mais les enfants de Chevron ! Chaque année à Noël, nous leur faisons un arbre. C'est pourquoi nous ne pouvons jamais dîner dans le hall la veille de Noël, et j'ai toujours eu tellement peur que Sébastien et Viola n'attrapent quelque maladie ! A vrai dire, je trouve que nous ne devrions pas gâter ainsi ces malheureux enfants ; cela ne fait que leur donner le goût des choses qu'ils ne peuvent pas avoir ; mais c'est bien difficile de supprimer une coutume qui dure depuis toujours." 

Mais il est certain comme le souligne entre autre Titine un rapprochement avec la série si populaire " Downton Abbey". 

3 commentaires:

Cleanthe a dit…

Je l'ai acheté il y a quelques temps. La couverture y est sans doute pour beaucoup.

maggie a dit…

J'avais beaucoup aimé le roman que j'avais lu de cet auteur. J'en ai encore un à lire dans ma PAL - plus jamais d'invité !- et celui-là est noté !

Malice a dit…

@ Cleanthe : Oui la couverture est sublime.
@ Maggie : Peut-être que je lirai un autre roman d'elle à l'occasion pour voir !