Pages

mercredi 4 septembre 2013

LOUIS MALLE : LA PETITE


Titre original Pretty Baby Brooke Shields : Violet
Keith Carradine : Bellocq, le photographe, dit "Papa"
Susan Sarandon : Hattie, la mère de Violet


En 1917 , dans une maison close de La Nouvelle-Orléans, dans le quartier de  Storyville, vit Violette une fillette de douze ans avec sa mère Hattie. Ce film montre la vision de Violet au milieu des prostituées et le rêve de sa mère de quitter le monde de la prostitution et se marier avec un homme respectable. La jeune fille porte un regard lucide sur la prostitution, et sur l’univers auquel elle appartient. Un jour, sa virginité est mise aux enchères pour 400 dollars… Une vie qui va finir par lui plaire. Un jour, Bellocq, vite surnommé «papa», se présente. Il vient photographier les pensionnaires et s'arrête surtout sur Hattie, à en rendre Violet jalouse. Mais peu à peu une belle complicité va naître entre eux deux. 
Violet a été privée de son enfance, elle fut très jeune voir trop jeune pour être propulsée dans un monde d'adulte. 
Louis Malle traite le thème sulfureux de la prostitution enfantine avec sensibilité, sans porter le moindre jugement sur ses personnages. Il dépeint un univers à part, violent et terriblement dur pour des enfants. 

J'étais une enfant quand le film est sortie en 1978, et je me souviens qu'il avait fait scandale. Mais à l'époque  à Storyville, la prostitution enfantine était  courant, dans les mœurs de l'époque, la vente aux enchère de la virginité se pratiquait, évidement de nos jours cela choque et l'on tremble pour la pauvre enfant, plus particulièrement ici dans le film pour Violet.  Le casting est magnifique et la petite Brooke Shields est à croquer. C'est un film qui m'a beaucoup intéressée que j'ai trouvé passionnant et très intéressant. 

Louis Malle s'est inspiré d'histoires vrais celle de la vie si particulière dans ce quartier très latin, où la prostitution est légale. La prostitution enfantine se pratiquait à cette époque, Louis Malle n'a rien inventé. Puis, il a été attiré par le personnage de Bellocq, photographe qui a réellement existé et qui photographiait des prostituées. 

Aucun commentaire: