Pages

vendredi 6 septembre 2013

JEAN LUC GODARD : Une femme est une femme


Anna Karina : Angela Récamier
Jean-Claude Brialy : Émile Récamier
Jean-Paul Belmondo : Alfred Lubitsch

 Ce film de Jean Luc Godard date de 1961. Angela est strip-teaseuse dans le faubourg Saint-Denis. Elle veut un enfant à tout pris. Émile, l'homme de sa vie est trop absorbé par sa passion du cyclisme, ne l'entend pas de cette oreille.  Et pourquoi pas avec  Alfred, voisin et ami, soupirant infatigable de la belle Angela. D'ailleurs, il est volontaire. Le jeu c'est la vie et Angela joue avec l'amour d'Alfred, la jalousie d'Emile et avec ses propres désirs...
C'est une comédie légère très colorée, la couleur rouge est très présente durant tout le film, c'est un rouge passion. C'est un hommage à la comédie musicale, la musique est signée Michel Legrand. Angela virevolte, elle est tout le temps en mouvement. Anna Karina est touchante et très séduisante, à cette époque, elle est mariée à Jean Luc Godard et elle est dans tous ses films des années 1960 à 1967. 


Film très Nouvelle Vague qui fait plein de référence à d'autres films de la Nouvelle Vague.
Tout d'abord Belmondo cite un film de Godard "Je ne veux pas rater About de souffle à la télé", film dans lequel il joue lui même. Quand Belmondo rencontre Jeanne Morreau il lui demande comme va
" Jules et Jim " (François Truffaut) elle lui répond " Moderato" (référence à Moderato Cantabile réalisé par Peter Brook. Clin d'œil à "Tirez pas sur le pianiste " de François Truffaut et à Lolas de Jacques Demy. Les livres dans ce film joue un rôle ainsi que les mots. Beaucoup d'humours et de fantaisie. 
Un film pétillant!!!



Jean Eustache dans son film la Maman et la putain il fait référence à ce film de Godard "Une femme est une femme". Alexandre fait son lit en se jetant sur le lit avec la couette, exactement comme Angela. Il déclare : « J'ai vu faire ça dans un film. Les films ça sert à ça, à apprendre à vivre, à apprendre à faire un lit ».

1 commentaire:

Mon Carmadou a dit…

un film pétillant... vous avez tout dit. Nous le revoyons toujours avec le même plaisir