Pages

jeudi 19 septembre 2013

BEATRIX BECK : Léon Morin, prêtre


Prix Goncourt en 1952

Voici le roman le plus connu de Béatrix Beck, il a reçu le prix Goncourt en 1952. Ce roman a été adapté au cinéma par Jean Pierre Melville interprété par Emmanuelle Riva et Jean Paul Belmondo. Léon Morin, prêtre est  son troisième roman, il est profondément inspiré de sa vie, 
Dans Léon Morin, prêtre nous retrouvons Barny. Elle était présente aussi dans Une mort irrégulière.  Barny a perdu son mari. Il est mort à la guerre. Elle vit avec sa petite fille dans une ville de province durant  l'occupation par les allemands.  Un jour, Barny entre dans une église et va au confessionnal. Au lieu de se confesser, elle dit quelques incongruités au prêtre.

  Questionnement sur la foi,  comment donner un sens à sa vie durant la seconde guerre mondiale. Léon Morin, prêtre est un roman qui évoque le quotidien sous l'occupation.  
"Comment voulez-vous que je croie sans preuve ? 
- Il ne faut pas qu'il y ait de preuves. La croyance en Dieu, c'est un accord de notre être tout entier. Quand vous aimez quelqu'un, vous aimez sans preuves. La foi, c'est pareil."

 Beatrix Beck montre très bien la difficulté de vivre de cette femme veuve  avec son enfant, la pauvreté. Un livre poignant, Beatrix Beck une romancière à découvrir, une écriture touchante, particulière, à lire !

3 commentaires:

Dominique a dit…

Avec les déclarations de la papauté sur le mariage des prêtres voilà un roman remis au goût du jour
J'avais beaucoup aimé ce roman et le film est beau aussi

Malice a dit…

@Dominique : Bien vu en effet !

Anis a dit…

J'avais vu le film mais n'avais pas lu le livre. j'aime beaucoup cette curiosité que tu as pour les livres et leur histoire. Une grande ouverture d'esprit. A l'occasion du fémina, j'essaierai de le lire.