Pages

mercredi 28 août 2013

LUCILE LAVEGGI : DAMIEN

Après avoir vu sur Arte "La maman et la putain" j'ai voulu lire ce petit roman pour rester dans l'ambiance du film de Jean Eustache.
Lucile Laveggi a connu Jean Eustache. Elle s'inspire de la relation qu'elle a eut avec lui
Damien est comme Jean Eustache un dandy, un dragueur, un joueur de pocker, un grand buveur de wishky. Il  n'aime ni la campagne, ni la lumière du jour. C'est un cinéphile préférant la nuit au jour. Sur les draps qui le couvrent, son sommeil projette des films de Murnau, Bresson, Renoir. Les références pour lui sont Rimbaud (la liberté et l'audace) et Jacques Rigaut (ami de Drieu, admiration pour le dandysme et la destruction).  " Damien se prend alors pour le fils spirituel de Jacques Rigaut, l'auteur de Roman d'un homme pauvre, un ami de Drieu la Rochelle, obsédé par la mort, et qui s'est suicidé."Damien/Eustache s'est suicidé comme Jacques Rigaut en se tirant une balle dans le cœur. Damien/Eustache est en pleine préparation d'un film Mes petites amoureuses, nous sommes au cœur des années 70 . 

" Aussitôt, je revois son visage, ses cheveux longs, blonds, son air tourmenté de grand buveur mélancolique et cette caverne dans laquelle il s'était enfermé. Pourtant , cette époque me paraît aujourd'hui si lointaine, si détachée, presque engloutie."
Il n'est pas nécessaire de savoir que Damien est Jean Eustache comprendre ce livre, mais on n'est pas obligé de l'ignorer. Lucile Laveggi  souligne u'il n'est pas facile d'aimer un homme aussi libre et désespéré, et qu'elle en pleure. Il est issu d'un milieu prolétaire. Il aimait la littérature, elle a inspiré son œuvre cinématographique. Mais, c'est le cinéma qui s'est imposé à lui plus que la littérature. Jean Eustache était un réalisateur dont la sensibilité, son univers  a inspirée beaucoup de romancier ( Jean Jacques Schuhl qui fut son ami, à l'autre de ses ex femmes Evane Hanska).  C'est un roman qui s'adresse en premier à tous les amoureux du cinéma de Jean Eustache : un roman touchant.
© Alice Théaudière

*****
Le roman se termine sur un très belle visite de la narratrice à Milly-la-Forêt. Elle se rend à la chapelle où est enterrer Cocteau. 
" Et puis, je me suis décidée à pousser la porte, aussitôt j'ai entendu une voix, la voix de Jean Marais enregistrée sur une cassette, c'est le mécanisme d'ouverture de la porte qui déclenche le déroulement de la bande. L'acteur nous explique sur un ton solennel que la chapelle Saint-Blaise-des-Simples faisait autrefois partie d'un immense domaine qui était une maldrerie."

Aucun commentaire: