Pages

jeudi 15 août 2013

JEAN EUSTACHE : La maman et la putain


Arte a eu la très bonne idée de repassé ce magnifique film de Jean Eustache (le prétexte fut la mort de Bernadette Lafont, (curieux, ce fut pour ma part une excellente idée). C'est avec un immense plaisir que j'ai revu ce film, je l'avais déjà vu plus jeune mais jamais en entier, J'avais lu le scénario, le revoir tranquillement chez moi fut un véritable bonheur.



Jean-Pierre Léaud : Alexandre
Bernadette Lafont : Marie
Françoise Lebrun : Veronika
Isabelle Weingarten : Gilberte
Jacques Renard : l'ami d'Alexandre
Photographie : Pierre Lhomme est superbe, un magnifique N&B


Le scénario magnifique est signé Jean Eustache. Marguerite Duras dans la vie matériel en parlant de ses lectures, elle dit qu'elle lit la Bible et le scénario de Jean Eustache. Il faut bien le reconnaître que le scénario est sublime, voir très littéraire. Ce film repose entièrement sur son scénario qui est un véritable petit bijou, un joyaux magnifique mille éclats. Le langage est cru parfois mais il est dit avec une grande distance, et l'on se vouvoie aussi, donc pas de vulgarité. 

Alexandre, une sorte d'intellectuel désœuvré, désargenté et vivant chez Marie, sa maîtresse. Elle tient une boutique de prête à porté. Il se lève un matin, emprunte la voiture de sa voisine et va retrouver son ancienne petite amie, Gilberte. Il désir de l'épouser. Elle ne prend pas sa proposition au sérieux et le repousse. Il rencontre une fille au Deux Magots,  elle se nomme Veronika, une infirmière, elle  travaille dans un hôpital parisien. Il entame bientôt une liaison avec elle, parallèlement à celle qu'il a avec Marie et, tout naturellement, ne cache à aucune des deux ses liens avec l'autre. Un triangle amoureux s'ébauche alors, sans que cela pose vraiment problème à Alexandre. Les deux femmes l'aiment, s'apprécient et tolèrent un temps cette situation. Cependant, chacune au fond le veut pour elle seule, les rapports deviennent paroxystiques et il va bien falloir qu'Alexandre se décide pour l'une ou l'autre : la « maman » ou la « putain ». C'est un film sur la liberté sexuelle et les sentiments amoureux dans le Paris post 68. 



Le film s'inspire directement de la vie réelle de Jean Eustache, de sa rupture avec Françoise Lebrun, de sa vie avec Catherine Garnier et de son amour pour Marinka Matuszewski. Et bien entendu, cela donne à penser que sur le tournage, très précaire, un climat de tension. Où, le réalisateur tel un chef d'orchestre joue avec ces sentiments fragiles à fleur de peau. 
Jean Pierre Léaud est dans ce film de tous les plans,  génial à la fois émouvant, drôle c'est un véritable caméléon : chez Truffaut (il est Truffaut), chez Godard (il se glisse à merveille dans son univers), et là chez Eustache il est Jean Eustache, c'est son véritable double. Il est génial et très attachant dans ce film !!!!

C'est un film sur l'après mai 68, c'est aussi un film très proustien sur la notion du temps, l'amour, le discours amoureux, jeu de séduction, de la jalousie. Il est question d'ennui, du droit de se contredire. 
Il est question de tout cela durant plus de 3h 40 (la durée du film). C'est un film rare dans tous les sens du terme, cela en fait sa qualité. 




Extrait "La maman et la putain" de Eustache par Rollingeyes

A lire un texte en complément ici

Mon petit livre préféré autour de ce film est celui là :
Hélas il coûte une fortune 69€

**********

Ce film est inédite en DVD, ce film passe très souvent en salle, à la cinémathèque, au Forum des Images et lors des grandes rétrospective, bien sûr il passe rarement à la télévision(mais est ce un film pour la télévision contemporaine ?). Si ce film très apprécié aujourd'hui, cela m'amuse  un tantinet. Car, c'est un film complètement fauché et qui fut à sa sortie pas forcément bien accueillit par la presse entre autre (voir la page Wikipédia).   Même si il faut le reconnaître ce film a reçu Grand Prix spécial du Jury en 1973 Il a reçu un  succès de scandale à Cannes puis en salles relevait de l’incompréhension.  Donc de nos jours ce film est devenu très à la mode (branché) d'apprécié "La maman et la putain" de Jean Eustache. Avec le temps ce film a pris de la valeur. Boris Eustache (le fils du réalisateur) bloque les droits les raisons il les argumente ici sur sa page Facebook. Il n'a pas envie de se faire avoir me semble t-il. 
Et, les cinéphiles ou professionnel trouve que c'est pas normal qu'il n'y ait pas de sortie en DVD de ce film entre autre ainsi que l'ensemble de son œuvre réalisé par son père. Il est certain que c'est regrettable dans la mesure l'ensemble de son œuvre est un merveilleux témoignage sur une époque, ces film ont une valeur ethnologique. Jean Eustache était un  réalisateur et  complètement autodidacte, très à part, de son vivant c'est un réalisateur maudit mal aimé. Donc,  pour conclure je pense que l'héritier (Boris) a ses raisons que l'on ne doit respecter, il me semble. 

1 commentaire:

Cristie a dit…

Je ne connaissais pas du tout et ça tombe bien car je trouve que j'ai quelques manques au niveau de mes connaissances cinématographiques à combler !