Pages

samedi 16 février 2013

GEORGE DU MAURIER : TRILBY

Traduit par Gilbert Cournillon

Lorsqu’il paraît en 1894, Trilby devient un best-seller, à la grande surprise de l’auteur. Trilby raconte les aventures d’une belle grisette, dans le Quartier latin d’antan durant l'année 1850. Dès les premières pages, nous sommes plongés dans le Paris bohème,  dans le quotidien magique des artistes, peintres et musiciens. Trilbyy O'Ferrall, l'héroïne du roman, est une jeune fille à moitié irlandaise, elle est blanchisseuse. "Le français de Trilby était celui du Quartier Latin - drôle argotique, piquant, expressif, imagé-, donc l'exact contraire de la gaucherie; mais on y eût trouvé à grand-peine une seule tournure de phrase qui n'indiquât pas, de façon rigoureuse et certaine, que celle qui l'employait n'était pas "une vraie dame"!" Trilby est une jeune fille libre qui pour gagner sa vie est modèle pour des peintres, et parfois même elle pose nue. Elle n'est pas une personne respectable pour la société de son époque. Cela n'empêche pas que Trilby est une jeune femme au cœur pur et innocent.
Petit Billy, un peintre anglais génial flanqué de deux amis pour la vie Taffy et le Laird . ils font connaissance de Svengali, juif polonais désagréable mais un pianiste de génie et aussi hypnotiseur à  la personnalité ombrageuse, qui séduira Trilby, c'est un personnage peut sympathique. Il va faire de Trilby une cantatrice car pour amuser ses amis elle chante une vieille chanson Ben Bolt .
Petit Billy est fou amoureux de Trilby, mais cette dernière ne lui renvoie pas son amour. Mais, Svengali va tout faire pour envoûté Trilby et partir avec elle ... en faire une grande cantatrice. 

*David Lodge dans son roman : "L'auteur ! L'auteur !"Il évoque la relation entre Henry James et Georges du Maurier. David Lodge imagine une conversation entre les deux amis à propos de Trilby. Voilà comment George Du Maurier définit son héroïne : 
" - Ecossaise. Enfant d'un couple assez peu recommandable d'Ecossais, mais née et élevée à Paris. Enfin élevée, c'est un grand mot. Son père était un ivrogne et sa mère ne valait guère mieux."
J'ai  eu un mal fou à vraiment entrée dans  ce roman, à saisir l'ambiance. Mais,  j'ai remarqué que l'auteur avait beaucoup d'affection pour ses personnages et au final moi aussi. Et j'ai trouvé je ne sais pourquoi dans le ton et le style (Georges du Maurier aime joué avec les mots) un rapprochement avec Boris Vian plus particulièrement l'écume des jours (j'ai pensé à ce roman durant ma lecture) pourquoi je ne sais peut-être la raison est l'amour intense, impossible, pure, entre Petit Billy et Trilby, cela est véritablement un ressenti très personnel . Je trouve que ce roman est bizarrement construit le début se  lit avec plaisir ,  le milieu fut long mais  par contre les derniers chapitres  sont très plaisants à lire, fort attachant donne un autre éclairage au roman . Au final Trilby est un roman très intéressant et attachant  ! J'ai su apprécier ma lecture en plus c'est un roman qui a énormément compté dans la littérature et le paysage artistique Victorien.  

Trilby est raconte l'histoire personnel de George du Maurier qui a été peintre à Paris tout comme Billy, Taffy et Laird. Il était préalablement connu comme dessinateur satirique, et publiait dans la revue Punch.
Ce roman  est paru tout d'abord en feuilleton dans une revue, en 1895 et se vendit à des centaines de milliers d'exemplaires...  
Grâce à ce livre de George du Maurier, j'ai appris qu'un  trilby est connu pour être un chapeau. " Savez-vous qu'il existe aujourd'hui un chapeau masculin baptisé un Trilby sur le modèle de celui que porte Dorothea Baird au premier acte ?"  ( Auteur ! Auteur !de David Lodge) L'intrigue de Trilby inspira en partie Le Fantôme de l'Opéra de Gaston Leroux.

Trilby a été adapté au théâtre et en comédie musicale. George du Maurier dit à Henry James dans Auteur ! Auteur ! "A présent Trilby va être adapté à la scène en Amérique. Je redoute assez ce qu'ils feront de l'histoire, mais au moins l'auditoire pourra entendre la musique. 




*Dorothea Baird a interprété le rôle de Trilby au théâtre.  "Miss Baird était, semblait-il physiquement parfaite pour le rôle, y compris ses pieds, grands mais beaux, et elle avait fait un essai brillant, mais maintenant Du Maurier sentait peser sur lui la responsabilité de ce choix et appréhendait le verdict du public."
 ( Auteur ! Auteur !de David Lodge)


*Gerald du Maurier est le père de Rebecca du Maurier. Il est apparu sur la scène en 1895, joue un petit rôle dans une mise en scène de Trilby au Haymarke. Il joue le rôle de Dodor le hussard. Du Maurier dit dans Auteur ! Auteur ! de David Lodge : " Il gagne quatre livres par semaine et les dépense en un jour. Mais je lui verse une allocation, parce qu'il me tient au courant de ce qui se passe. Et en plus, il a apporté des amélioration à la pièce."

Svengali  Son nom est rentré dans l'anglais courant pour désigner un individu extrêmement manipulateur et aux intentions mauvaises. Nombreuses sont les adaptations cinématographiques ou télévisuelles.


Renaud Camus dans Demeures de l'esprit II :
" Mrs Shaw et bientôt toute la famille, avec plus ou moins de bonne grâce, tombèrent sous l'influence d'un musicien et théoricien  de la voix, George Lee, plus tard Vandeleur Lee, autoproclamé  professeur de musique et inventeur d'un système d'enseignement du chant qu'il appelait tout simplement La Méthode. Lee passe avec assez de vraisemblance pour l'un des modèles du terrible hypnotiseur Svengali qui fascina tant Barrie dans Trilby, le roman à succès de George du Maurier ; "
***************
David Lodge : Auteur ! Auteur !
Concernant le courrier des lecteurs : " J'ai eu au moins trois lettres se plaignant de pas avoir trouvé les tableaux de Little Billee (petit Billy)  à la National Gallery. (Henry éclata de rire et martela le sol avec sa canne.) Un certain nombre d'ecclésiastique se sont offerts à m'éclairer sur l'erreur de ma libre pensée  et à me convertir à leur cru spécifique de christianisme .("Comme par hasard !" s'exclama Henry)."
**********
Les illustrations de Trilby sont de George du Maurier pour Harper's

4 commentaires:

maggie a dit…

Encore une rareté ! Si ça inspiré le fantôme de l'opéra, ça doit être bien ! (en plus, j'avoue, j'ai un faible pour les romans feuilletons !)

Anis a dit…

Passionnant. Je le garde en mémoire.

Titine a dit…

Lorsque j'avais lu le roman de David Lodge sur Henry James, j'avais eu envie de lire "Trilby". Entraînée par beaucoup d'autres lectures, je n'ai toujours pas lu ce best-seller. Cela manque à ma culture !

Malice a dit…

@ Maggie : je n'ai pas lu le Fantôme de l'opéra de Gaston Leroux pour ma part ! Bien c'est un grand mot tout de même, en faite c'est une curiosité intéressante.
@ Anis : Merci, livre passionnant je n'irais pas jusqu'à là c'est intéressant surtout si l'on a lu le David Lode.
@ Titine : Oui, bien sûr moi après avoir lu Auteur ! Auteur ! il y a déjà un petit moment j'ai eu envie de m'intéressé à ce roman qui fut un sacré best-seller !
Mais, tout de même je l'avais commencé l'année dernière et il mettait tombé des mains. Je l'ai repris en ce début d'année et je me suis un peu accrochée, car c'est tout de même un livre vieillot dans le ton voir poussiéreux les deux derniers chapitres donnent un autre éclairage sur ce roman. Et au final l'impression pour ce roman est attachant.