Pages

dimanche 25 novembre 2012

ROBERT LOUIS STEVENSON : Le Maître de Ballantrae

Chef d'œuvre - Un livre magnifique 
Après avoir lu le Conte d'hiver de James Matthew Barrie, j'ai envie de lire un autre Conte d'hiver celui de son ami Robert Louis  Stevenson. 
Traduit par Alain Jumeau
En Écosse, au XVIIIe siècle, au manoir des Durrisdeer vit un vieux Lord (homme très cultivé qui ne sort jamais de son manoir), ses deux fils, l'aîné   James, le Maître de Ballantrae (ambitieux, insolent, grossier; c'est un aventurier il est le Maître) et Henry, le cadet( modéré,renfermé mais injustement mal-aimé) et aussi la  quatrième personne la seule femme du manoir Miss Alison une riche parente orpheline, elle est destinée à épouser un des frères, plus particulièrement l'aîné. Arrive le prince Charles en Écosse,  en 1745, le pays est plongé dans une guerre civile opposant les jacobites,  à l’armée du roi George II (appartenant à la dynastie des Hanovre.  James souhaite se battre au côté du prince Charles (descendant des Stuart) malgré l'avis contraire de son père et de son frère. Ces derniers pensent qu'en tant qu'aîné, il devrait rester au manoir afin de montrer sa fidélité au roi George ; et que c'est plutôt à Henry de s'engager auprès des jacobites, jalousie entre les deux frères, alors pour se départager c'est pile ou face. "Face, je pars, pile je reste"dit Henry. La guinée en or est lancée et retombe côté pile."James, le Maître est le préféré de son père. James scelle son destin et celui des Durrisdeer en allant malgré tout combattre aux côtés du prince Charles. Le 16 avril 1746, la célèbre bataille de Culloden voit l’écrasement de la rébellion jacobite et James est présumé mort.
Tout au long de son existence, James n'arrête pas de persécuter son frère. Au début, Henry endurera toutes les humiliations. Puis il finira dévoré par cette même haine qui anime son frère. L'ultime confrontation se termine tragiquement, au cœur de la forêt sauvage des Adirondacks dans une ambiance à la fois tragique et fantastique. Nombreux sont les péripéties à rebondissement l'aventure est au rendez-vous, elle entraîne le lecteur sur les mers avec les pirates, en Amérique du Nord avec des trafiquants dans une forêt sauvage. C'est une lecture haletante qu'éprouve le lecteur, le dernier chapitre est brillantissime . Pour ma part, j'ai adoré ce roman d'aventure, de psychologie aussi . Mackellar est l'intendant du domaine des Durie de Durisdeer, il est un merveilleux narrateur proche de la famille, érudit, fin psychologue, c'est un très bon choix de la part de Stevenson, d'avoir choisit cette voix. Car cette voix donne un ton particulier au roman. J.-B. Pontalis (essai Frère du précédent)  évoque dans un chapitre intitulé " Pile ou face" le Maître de Ballantrae".  " Chacun d'eux veut s'approprier la jeune femme, les enfants, le domaine, le titre de Maître e Ballantrae. "
Ce roman rentre dans le  Challenge victorien d'Arieste

2 commentaires:

Titine a dit…

Je n'ai pas encore mis en ligne mon billet mais j'ai lu il y a quelques mois "Le maître de Ballantrae". Et ce fut un immense bonheur de lecture, je trouve aussi que c'est un chef-d'oeuvre.

Céline a dit…

Je trouve ce roman magnifique ... C'est l'une des premières découvertes que j'ai faite grâce aux blogs et je ne la regrette pas du tout. L'ambiance est parfaite !