Pages

mardi 17 janvier 2012

ANNE WIAZEMSKY : Une année studieuse

 La suite d'"une jeune fille", "une année studieuse" commence par la venue de Godard sur le tournage de "Au Hasard Balthazar". "Jean-Luc Godard était venu sur le tournage de Balthazar invité par la productrice." 

" Une année studieuse" est un roman d'initiation, Anne  n'a qu'une envie de fuir son milieux social. " Adolescente après la mort de mon père et l'obligation de demeurer désormais chez mes grands-parents, j'avais détesté ce quartier. Maintenant, j'avais juste envie de le fuir tant il me semblait morne."
L'année studieuse, l' année scolaire 1966/1967. Anne Wiazemsy a été très touché par le film de Jean Luc Godard "Masculin Féminin",  ce film  a servi de détonateur pour le contacter. Elle se décide de lui écrire personnellement une lettre où elle lui voue son amour pour son cinéma. Parallèlement, elle doit réviser son baccalauréat de philosophie, grâce à son amie Antoine Gallimard, elle a le culot de demander si Francis Jeanson (l'avantage, il habitait tout à côté de chez elle rue Raynourard) pouvait l'aider à préparer son oral au mois d'août. Le mois de juillet, elle le passe chez son amie Nathalie pour la récolte des pêches. Un coup de fil de Godard, un coup de foudre a lieu entre eux deux c'est aussi simple que cela. Enfin, pas si simple,  Anne est  la petite fille de François Mauriac, Jean Luc Godard est plus âgé qu'elle. " Comment concilier ma vie avec celle d'un homme célèbre, un cinéaste qui tournait deux films en même temps, qui avait dix-sept ans de plus que moi ? "

Sa mère n'accepte pas du tout cette relation ainsi que l'adorable petite chienne Nadja n'arrange rien à l'affaire.
 Il faut reconnaître que les rapports mère/fille ne sont jamais simple et ressemble à une relation entre chien et chat. Anne est une rebelle, elle ose, elle a du culot. En même temps, elle est la petit fille sage du 16ième arrondissement de Paris. Godard, lui s'amuse de cette relation, il est possessif. Elle se rend sur le tournage de Deux ou trois chose que je sais d'elle. Elle apprécie de se retrouver l'ambiance qu'elle avait connu sur le tournage de "Au hasard Balthazard". Elle évoque  sa meilleur amie de Sainte-Marie Blandine . Godard la filme en tant figurante pour son film "Deux ou trois chose que je sais d'elle". Mais aussi il envisage  de la reprendre dans le film qu'il prépare la Chinoise.  Au côté, Anne, il souhaite engager une actrice débutante Juliet Berto  ainsi que  Jean Pierre Léaud (l'acteur de la Nouvelle Vague par excellence).
 Elle rencontre François Truffaut qu'elle apprécie beaucoup,  un lien affectueux se tisse, elle est photographe sur son film " La mariée était en noire. "Elle apprécie la compagnie de  Michel Cournot critique de cinéma.  

La chinoise : Le fameux Pull-over jaune
Dans le film "La Chinoise" Anne Wiazemsky porte un pull jaune. Et ce fameux pull a une histoire. "À la fin d'une morne journée à Nanterre, je revins à la maison en arborant un nouveau pull-over en shetland de couleur jaune." Sa mère avec qui elle est en froid n'apprécie pas ce pull-over .  " Depuis quelques jours je me demande s'il ne faudrait pas tourner en couleurs. Des couleurs primaires, des couleurs franches, comme le jaune du pull-over que tu portes là, ou le bleu à col roulé que tu mets souvent pour aller à Nanterre."Anecdote amusante aussi celle de la Fiat 850 verte que JL lui avait offert pour qu'elle puisse aller à Nanterre en voiture.  " Quelques mois plus tard, lors d'une projection de la Chinoise ma mère s'étrangla de rage en entendant Juliet Berto qui interprétait une fille de la campagne se prostituant dire : "Maintenant ça va beaucoup mieux et avec mon argent j'ai pu m'acheter une Fiat 850." Aussi d'autres scènes sont cocasses, amusantes la rencontre avec Daniel Cohne -Bendit, il est roux comme elle, Dany le rouquin."Je contemplai apeuré le jeune rouquin au visage rond parsemé de taches de rousseurs, aux yeux bleus, qui feuilletait le Journal de La Belle et la Bête en y allant de ses commentaires." Lui l'appelle camarade Machin Chose. Son mariage avec Jean Luc Godard est assez surréaliste aussi, tout comme le séjour chez Jeanne Morreau à La Garde-Freinet et en même tant tout cela est vrais et bien réel ce n'est pas le rêve d'une année.
" Il me lisait des passages du Petit Livre rouge dont il m'avait offert un exemplaire. Il  me reprochait de ne pas partager son enthousiasme pour les écrits de Mao Tsé-toung et moi de se désintéresser de Sartre et de Merleau -Ponty". Elle relate le tournage de la Chinoise, elle compare sa méthode de travail  avec  celle de Bresson. Je souris quand je lis que son oral de rattrapage , le 13 septembre (la date de mon anniversaire, cela fait drôle de voir cette date écrite noir sur blanc dans un livre). À l'oral, en histoire elle doit parler de la Chine. 

Le ton est frais, le style importe peu, c'est le contenu car il évoque tout une époque.  Elle décrit un Godard, malicieux, amoureux transi, parfois jaloux aussi .  François Mauriac est décrit comme un grand-père confident, bienveillant, sa petite fille Anne l'amuse, elle le divertit, il s'en réjouie. Même si il reçoit des lettres anonymes, insultantes sur le faite que sa petite fille pas encore majeur couche avec Jean Luc Gordard (célèbre réalisateur plus âgé qu'elle). Quand Anne lui confie son mariage, il lui dit : "- Devenir le grand père de Jean-Luc Godard, quelle consécration."

Anne Wiazemsky est pétrie de cette époque.  Elle évoque le souvenir de l'année 1966/197, tout est vrais et tout est faux, fiction et réalité. Elle s'est servie de la mémoire de son entourage celle de son frère Pierre et celle de son amie d'enfance Nathalie, son grand copain Antoine Gallimard. Puis aussi de son journal mais elle a beaucoup inventé, idéalisé sûrement aussi d'où l'appellation roman . Tout comme les livres d'avant "une jeune fille", "Mon enfant de Berlin", et celui là, forment une trilogie sur le bonheur.





En tout cas ma période Godard favorite c'est la période Anna Karina et À bout de souffle. À cette époque j'appréciais beaucoup Godard, ces derniers films ne m'intéressent plus du tout. Et, dans ma bibliothèque, il est pas étonnant de trouver le livre suivant "Jean-Luc Godard par Jean-Luc Godard", où l'on retrouve tous les articles de Godard quand il était critique au Cahier du Cinéma en compagnie de Truffaut, d'Eric Rhomer, Rivette ... mais aussi des articles sur ses films. 

3 commentaires:

carmadou a dit…

Nous partageons votre passion pour ce livre.
Nous nous interrogeons néanmoins sur le code civil de l'époque. François Mauriac semble avoir un vrai pouvoir sur sa petite fille depuis la mort de son père comme si sa mère n'avait pas le pouvoir de prendre seule des décisions concernant de sa fille (nous avions d'ailleurs fait la même constatation dans le roman "jeune fille). Est ce le fait du code civil ou tout simplement le fonctionnement de la famille Mauriac. Mais ceci a un coté choquant même si François Mauriac se révèle finalement compréhensif avec sa petite fille.
Concernant JLG nous avons le même livre mais nous avons également le tome 2 sorti un plus tard, nous aimons passionnément sa période "Anna Karina".
Mais il a quand même fait des choses passionnantes par la suite. Notamment les histoire(s) du cinéma, une œuvre immense, de la pure poésie... Son dernier film tourné en partie sur le bateau qui vient de couler au large de la Toscane, nous avait très agréablement surpris, un très beau regard sur notre société et ses travers.

Une année studieuse est un excellent roman de cette rentrée

sylire a dit…

Je le lirai certainement, surtout après avoir lu et apprécié les deux précédents ! Bonne soirée Alice !

Dominique a dit…

Je viens juste de le lire. Anne Wiazemsky décrit bien ces moments importants de la jeunesse, les examens qu'on a peur de rater, l'hésitation sur l'avenir, les amies, la première liaison sérieuse... je ne suis pas très étonnée de ce qu'elle dit à propos de Godard.
Certains passages sont amusants, en dépit de la situation tendue.
Merci pour tous les liens! Cela permet de savoir ce que sont devenus les amis d'Anne. Je ne savais pas que Juliet Berto et Blandine Jeanson étaient mortes encore jeunes! Que c'est triste...