Pages

mardi 1 novembre 2011

PUNCH : Magazine satirique anglais


Couverture de Punch réalisée par Doyle et montrant son monogramme,
 le « dickie bird » perché sur les initiales 'RD'
Quand l'on apprécie la littérature anglo-saxone, il n'est pas rare que "Punch" soit évoqué.
* Punch est fondé le 17 juillet 1841 par Henry Mayhew et par le graveur Ebenezer Landells, le journal est d'abord sous-titré The London Charivari en référence au journal Le Charivari.
George Du Maurier a collaboré en 1865, il collabore en tant que caricaturiste. Sa plus célèbre caricature, intitulée True Humility (« La vraie humilité »), est à l'origine d'une expression devenue proverbiale en anglais, It's like the curate's egg (« C'est comme l'œuf de vicaire »), qui peut se traduire par « Il y a du bon et du mauvais. » C'est l'histoire d'un vicaire invité à prendre son petit déjeuner chez l'évêque, lequel s'écrie soudain : « Oh, mais on vous a donné un œuf pourri ! » Ce à quoi le vicaire répond : « Mais pas du tout ! Certaines parties sont très bonnes. »
Il est beaucoup question de Punch dans Auteur ! Auteur ! David Lodge, la raison est la suivante George Du Maurier était un grand ami d'Henry James. 
John Tenniel n'est pas que l'illustré Alice de Lewis Carroll lui aussi a travaillé pour Punch à la fin du XIXième comme Du Maurier comme caricaturiste.

William Makepeace Thackeray, l'auteur de Barry Lyndon et du Livre des Snobs, fut un collaborateur de Punch. Il est responsable d'une chronique intitulée « The Snobs of England."

Willie Wilde soutenant son frère après l'échec de Véra





TomTaylor dramaturge et rédacteur de PunchParticipa à Punch comme dessinateur Charle Keene tout comme  John Leech

Richard Doyle (« Dickie »), est un illustrateur britannique spécialisé dans la féerie.  Il a créé la couverture du premier numéro, et conçu la couverture du magazine, un design qui a été utilisé pendant plus d'un siècle. Il est l'oncle du célèbre créateur de Sherlock Homes.

Extraits :
*Auteur ! Auteur ! David Lodge : " Ce pauvre Leech était à peine refroidi lorsque le comité de Punch m'a proposé (George Du Maurier) sa place  ; il leur fallait quelqu'un de toute urgence pour le nouvel Almanac, voyez-vous."
*Trilby de George du Maurier : " Le lecteur fin de siècle, que dégoûte l'évocation d'une orgie comme celle que j'ai tenté décrire, doit se rappeler que tout cela se passait dans les années 1850, à une époque où des gens qui s'honoraient du nom de gentlemen, et se faisaient appeler ainsi, arrachaient encore les heurtoirs des portes en revenant fin saouls du Derby, et buvaient encore plus que de raison après dîner, avant d'aller rejoindre ces dames, comme le rapporte et le décrit dûment John Leech dans ses immortels tableaux de mœurs et de caractère publiés dans les colonnes de Punch."
.
* Panique à Freshwater : "À  peine deux semaines plus tôt, Punch avait inséré une honteuse parodie d'In Memoriam, dont la parution avait si bien pris Emily à l'improviste qu'elle n'avait pu que déchiré la page en plein milieu du petit déjeuner, puis, prise de panique et ne sachant qu'en faire, se la fourrer dans la bouche, la mâcher  et l'avaler."
* Un homme de tempérament de David Lodge : " Les dessins humoristique de Punch firent naître en lui  (H.G.Hells) un intérêt précoce pour la politique intérieure et internationale,"

* Nuit et Jour de Virginia Woolf : "Il y a un dessin très amusant cette semaine dans Punch. C'est une suffragette avec un ouvrier agricole  Avez vous vu le Punch de cette semaine Miss Datchet.
* La déchéance de Mrs Robinson : "En 1849, le magazine Punch fit la satire de cette tendance dans une chronique intitulée "Le journal de mon épouse", qui prétendait présenter une suite d'extraits du journal intime d'une dame, qu'un mari outré avait lus, recopiés et secrètement envoyés au rédacteur en chef de la publication."




Willie Wilde : Le frère aîné d'Oscar Wilde est critique de théâtre. Il sera caricaturé dans Punch avec son frère Oscar.

Ada Leverson a l'âge de trente ans, femme d'esprit, qui collabore à divers journaux plus spécialement à Punch puis après plus tard deviendra une romancière à succès. 

3 commentaires:

Wictoria a dit…

c'est bien ce que j'imagine "ils sont fous ces anglais" trève de plaisanterie, merci de cet éclarage, je viens de regarder une série anglais (policière) où un meurttier porte un masque pour commettre ses crimes et apparaître masqué sur les video de surveillance de la ville, les flics disent de lui that "Punch" et son masque ressemble effectivement à celui du clown de la couverture

Wictoria a dit…

la série est Luther :)

Malice a dit…

Fou ! mais en France nous avons Charlie Hebdo et le canard enchaîné c'est pas mal aussi dans la satire ;-) Mais le rapprochement avec la série policière est amusant !