Pages

vendredi 21 octobre 2011

GENEVIÈVE BRISAC : Une année avec mon père

Ce récit commence par " Vos parents ont eu un accident", un  8 septembre. C'est un choc auquel aucun enfant est préparé, que doit on faire dans ce cas là ? Un accident de voiture sur l'autoroute, sa mère Hélène est décédé sur le coup, son père Michel vie mais il est un rescapé en quelque sorte. 
Sa fille, jour après jour, l’accompagne, et tente de tenir la main de cet homme intraitable. Le temps passe celui des saisons une année .
La narratrice évoque les rapports difficiles avec le milieu hospitalier, ses inquiétudes envers son père désarmé seul. C'est par colère qu'elle dénonce l'irrespect envers les personnes âgés qui sont soit disant inutiles à la société. " Le médecin de garde aimerait bien qu'on évite de forcer la main, ça le met en rogne, ces abus constants, ces malades qui tirent sur la corde, c'est vraiment top facile, on s'amène, la bouche en cœur, et à moitié dans le coma, en ambulance, c'est presque du terrorisme. Il est exaspéré, et conscient, comme je le suis aussi, qu'il va falloir garder ce malade, ce malade mal parti - cette manie qu'ils ont de venir mourir ici,  comment les en empêcher ? "
Sa fille doit faire bonne figure. Elle s'occupe de son père, elle est présente elle noue un lien fort avec lui car chaque minute compte.
J'apprécie cette écriture directe, sans pathos, l'importance vitale de la littérature dans le quotidien. Une année avec mon père est un bel hommage qu'une fille rend à son père. Un père pour une fille c'est un homme héroïque. J'aime cette douceur complice d'accompagnement entre un père et une fille  qui ressort de ma lecture. C'est un beau portrait d'un père tant aimé "Mon père est un hors-la-loi déguisé en homme de loi, un franc-tireur habillé en Salomon laïque, un aristocrate revêtu des insigne de la République. "


1 commentaire:

antigone a dit…

Un livre que j'ai beaucoup aimé lire aussi. ;)