Pages

mardi 1 mars 2011

AHMADOU KOUROUMA : Allah n'est pas obligé


Le club de lecture le blogoclub (organisé par Sylire et Lisa) a eut la bonne idée de mettre en valeur le très grand livre d'Ahmadou Kourouma " Allah n'est pas obligé".
Un roman qui a reçu de nombreuses distinctions :
-Prix Renaudot 2000
-Prix Goncourt des lycéens 2000
- Prix Amerigo-Vespucci 2000

" M'appelle Birahima. J'aurais pu être un gosse comme les autres (dix ou douze ans, ça dépend). Un sale gosse ni meilleur ni pire que tous les sales gosses du monde si j'étais né ailleurs que dans un foutu pays d'Afrique. "
Cet enfant, orphelin, livré à lui même, part à la recherche de sa tante Mahan qui doit s'occuper de lui. Il est accompagné de Yacouba un féticheur, ils ont traversé le Liberia et la Sierra Leone en pleine guerre tribale. Birahima devient un enfant-soldat " J'ai tué pas mal de gens avec mon kalachnikov." Il part en quête de sa tante. Il se retrouve enrôlé dans les conflits qui sévissent en Sierra Léone et au Libéria. Birahima vit et subit toutes les horreurs de la guerre, rien ne lui sera épargné et du haut de ses dix ou douze ans. "Quand on n'a plus personne sur terre, ni père ni mère ni frère ni sœur, et qu'on est petit, un petit mignon dans un pays foutu et barbare où tout le monde s'égorge."
La mort il la côtoie, quand il ne la provoque pas lui -même en jouant avec une kalachnikov. Il tue sans étant d'âme.Avec l'aide de ses quatre dictionnaires, il entreprend de conter sa vie son "blablabla". Avec ses mots, il nous fait sourire parfois . Bien sûr ce roman est violent, elle est au premier plan mais l'écriture inventive est forte, originale. Elle a le mérite d'adoucir cette violence qui hélas n'est pas gratuite. Elle est même réelle à la une tous les jours, bien malheureusement. "Les enfants-soldats étaient bien traités chez les ULIMO. On mangeait bien et on pouvait avoir de l'argent, du dollar, en faisant le garde du corps des orpailleurs. J'ai voulu faire des économies. Je n'ai pas voulu foutre dans la drogue tout ce que je gagnais comme le faisaient les autres enfants-soldats."
Ce roman d'Amadou Kourouma est une satire des dictatures africaines, un livre lucide concernant l'Afrique contemporaine. Et il dit une chose criante de vérité : " Aujourd'hui, ce 25 septembre 199...j'en ai marre. Marre de raconter ma vie, marre de compiler les dictionnaires, marre de tout. Allez vous faire foutre. Je me tais, je dis plus rien aujourd'hui ... A gnamokodé(putain de ma mère ) ! A faforo (sexe de mon père)!" l'on pourrait dire la même chose aujourd'hui avec ce qui se passe en Afrique en ce début du XXI ième siècle ! Hélas !!!! Marre des guerres, des conflits qui se perpétuent continuellement.
Il y a quelques années j'avais vu une pièce hallucinante et remarquable à couper le souffle d'après ce roman.
Enregistrer un commentaire