Pages

dimanche 27 février 2011

IBSEN : PEER GYNT



Traduction par Régis Boyer
Couverture est une illustration de ce cher Arthur Rackham
Peer Gynt le roi des trolls
Sur la couverture nous voyons bien la femme en vert devant Peer et en compagnie des trolls ( Pour voir plus d'illustration rendez-vous ici)

Régis Boyer nous dit dans l'introduction que Peer était un personnage ayant réellement existé quelque part le Gudbrandsdalen, vers la fin du XVIIIième siècle ou le début du XIX ième.
Il a écrit la pièce en Italie à Ischia et Sorente.

«Peer Gynt est un grand poème dramatique dont le personnage principal est une figure demi-légendaire et mythique du peuple norvégien. "

C'est une œuvre hors du commun à la fois philosophique et métaphysique. Peer Gynt est une fabuleuse épopée écrite en 1867. L'auteur la définie comme étant un poème dramatique donc pas une vrais "pièce " destinée à la représentation, il s'agit d'une rêverie romantique. Peer Gynt est tout droit sorti du folklore norvégien. Ibsen a surtout puisé dans l'imaginaire des traditions populaires et des contes de Norvège, qui ont été dévoilés par les travaux pionniers de Peter Christen Asbjørnsen et Jørgen Moe. Peer Gynt est un grand classique de la littérature norvégienne.

Son père décédé ne leur a pas laissé de quoi vivre. Peer, un jeune garçon de vingt-ans vit avec sa mère Aase dans leur pauvre maison. Sa mère aime son fils. Peer est un formidable conteur, il sait mentir à sa mère mais pas seulement à elle . Il rêve de conquérir un royaume, le vaste monde , de liberté, il n’accepte aucune contrainte, fuit sa mère qui le réprimande. Peer Gynt est un feu follet, un homme insaisissable car il est séduisant.
"Je serai roi, empereur !"
Il se rend au mariage d'Ingrid et de Mads. Il aurait pu se marier avec elle. Il fait la connaissance de la jeune Solveig qui ne veut pas de lui car il a mauvaise réputation. Il emporte Ingrid par orgueil sur un coup de tête, il s’enfuit dans les bois. À partir de là, il se trouve propulsé dans un univers à la "Alice au pays des merveilles", irréel rêvé, où il rencontre la femme en vert, la fille du roi de la montagne. Il se trouve face à face au roi dans son royaume. Qui lui donne les conditions pour épouser sa fille. Il se trouve dans un monde étrange peuplé de trolls, habité par les démons . Quand, il revient à la réalité, il se sent plus léger .
Cela fait trois ans qu'il est partie, il retrouve sa mère qui lui apprend que Solveig est recluse dans la forêt. C'est un personnage pur et romantique.
" Le chemin , haut ou bas, menait au château à l'ouest de la lune, au château à l'est du soleil, au château des fées. "Ibsen fait référence au château féerique du conte le Château de Soria Moria Acte III.
Il retrouve sa mère qui est entrain de mourir un passage fort et poignant, ils se rappellent de beaux moments remplient de féerie :"Oui, tu te rappelles ? Puis nous jouions au traîneau quand ton père partait en long voyage. Le tablier était fait d'une peau et le fond était un fjord pris par la glace. " Pour Peer la vie est un long voyage et la mort symbolise la fin.
Peer parcourt le monde, il part en voyage, de voyage en voyage et il devient matelot, pendant vingt-ans. Il a exercé les métiers les plus divers, il s'est retrouvé dans un asile de fou.
Pendant de nombreuses années, il a couru après ses rêves.
Il séduit la belle Anitra qui lui vole ses derniers biens, Peer finit par échouer dans un asile au Caire, où il devient « empereur des fous ». Peer sur un vaisseau de retour au pays. Il rencontre le mystérieux fondeur de boutons qui doit reprendre son âme pour la rendre au maître de toute chose. Mais quelque chose cloche : il n'est qu'un bouton mal fait, donc à refondre dans le grand chaudron. Peer se révolte et n'accepte pas sa condition de bouton raté. Le navire fait naufrage en cours de route. Il est désespéré car il n'est toujours pas ni prince, ni roi, ni empereur. Le temps il est devenu vieux, il revient enfin en Norvège où le diable lui apprend que son heure est venue. Il retrouve les personnage de son enfance. Peer court la forêt pour échapper à son sort, et retrouve sa cabane, où Solveig est restée à l’attendre fidèlement, sans douter un seul jour qu’il reviendrait. Solveig (la femme/mère) vit toujours dans les bois, elle n'a pas oublié Peer Gynt. Il vit entre la vie et la mort entre deux mondes. Il meurt comme un enfant bercé dans les bras symbole de l'amour rédempteur. Juste avant qu'il ne rende le dernier soupir, elle lui murmure tendrement : « Ton voyage est fini, Peer, tu as enfin compris le sens de la vie, c'est ici chez toi et non pas dans la vaine poursuite de tes rêves fous à travers le monde que réside le vrai bonheur. »
C'est une œuvre sur l'identité, être soi-même, trouver sa place dans le monde. C'est une quête de soi dans l'existence. " Être soi-même sur ne base d'or, c'est comme bâtir sa maison sur le sable. Pour une montre, pour un anneau et pour tout le reste, ces braves gens frétillent de la queue et rampent dans la fange." Il pose la question essentielle et la plus dérisoire : Qui suis Je ? " Vous êtes norvégien, n'est-ce-pas ? Peer Gynt : De naissance, oui ! Mais par l'esprit, citoyen du monde car de la chance dont j'ai joui, je peux remercier l'Amérique . " ( Acte IV) Il veut devenir empereur, le lecteur le sait depuis le début c'est un de ses grands rêves : "Par la vertu de l'or ! Ce projet n'a rien de nouveau. Il a été l'âme de toute ma vie. Gamin, je déferlais en rêve par-dessus la vaste mer, sur un nuage. Je déambulais avec traîne et sceptre doré ... et redégringolais sur mes quatre pattes. "

Le voyage est le symbole de mille vies. Où suis je ? Il vit de ses rêves et d'enchantement. Il sombre aussi dans la folie à force de savoir qui il est ? J'ai beaucoup aimé la scène de l'oignon : " Tu es un oignon. Je vais t'éplucher mon cher Peer ! Il ne sert de rien que tu pleurniches ou tu pries." (passage très beau de l'Acte V). Comment ne pas y penser mais cette grand pièce d'Ibsen possède des accents shakespearien, des références à Andersen aussi, c'est un véritable conte initiatique admirable,. Dans l'enfance de Peer Gynt, il y a du Till Espiegel. Pièce qui a été mis en musique par Grieg est sublime. Edvard Grieg était un ami d'Ibsen. Il s'intéresse lui aussi à la musique populaire de son pays. Ce parcourt initiatique ressemble à un opéra. Nous sommes dans la période symbolique d’Ibsen, c'est une pièce très à part me semble t-il dans son œuvre. Les aventures de Peer Gynt sont remplies de personnages fantastiques et imaginaires . On suit l’évolution de Peer à travers les âges et la manière dont il assimile les leçons données par la vie. C'est une pièce qui n'est pas dénué d'humour, de légèreté et de gravité ... et de merveilleux et de fantaisie. Mais, personnellement je trouve cette pièce très complexe et pas facile à lire, car l'écriture et sa construction est très élaborée me semble t-il. L'acte IV me paraît très opaque, il est certain que je n'ai pas tout saisie loin de là.

J'ai beaucoup apprécié les vidéos vu et entendu grâce à Babelio qui m'ont permis de comprendre un peu mieux cette pièce qui est ma foi très complexe mais fascinante .

6 commentaires:

Mango a dit…

Ta présentation me fait plaisir: c'est vraiment une œuvre magnifique!

Malice a dit…

Oui et merci pour le compliment car j'ai eu beaucoup de mal à rédiger mon billet. Je voulais que mon billet soit à la hauteur de cette œuvre magnifique, j'ai essayé de me documenter un peu pour y arriver même si je n'ai pas tout saisi mais c'est un très grand texte c'est certain ;-)

Lou a dit…

Jolie présentation en effet ! J'ai failli lire une oeuvre d'Ibsen aussi pour la semaine nordique mais comme je voulais finir un autre roman en cours et que j'ai prévu de faire un billet sur "Dorian Gray" le 1er mars, j'ai renoncé. Ce que tu en dis m'encourage à ouvrir ce livre ceci dit !
La dernière toile m'évoque Gaspar David Friedrich. Je ne la reconnais pas et il ne me semble pas qu'il s'agisse de sa toile mais elle ressemble fort à une autre de lui qui, de mémoire, est exposé au musée de Dresden.

Emily Vanessa a dit…

Très chouette cette semaine nordique et ton billet est vraiment magnifique. J'ai grandi en écoutant cette musique de Grieg et il y a 10 ans, j'ai vu la pièce à Londres mais je n'ai jamais lu le texte.
@Lou - Oui ce tableu est de Casper David Friedrich et s'appelle Der Wanderer über dem Nebelmeer (le randonneur de la mer de nébuleuse) et effectivement il est à Dresden.

Karine:) a dit…

Dans la pile... Je connais bien l'oeuvre de Grieg mais je n'ai jamais lu le livre. J'en ai maintenant vraiment envie.

Malice a dit…

@ Lou : "La dernière toile m'évoque Gaspar David Friedrich" Oui bien vu merci d'avoir été plus vite que moi Emily Vanessa pour la réponse !
@Emily Vanessa : Merci pour ton gentil commentaire. Oui la musique de Grieg est sublime et sur scène cette pièce doit donner ;-)
@ Karine :) : Je t'encourage c'est un texte sublime. Mais pas facile à lire tout de même, cela demande de la concentration. C'est mon point de vue !