Pages

mardi 21 décembre 2010

PATRICK MODIANO : Un pedigree


Je suis un chien qui fait semblant
d'avoir un pedigree."
Donc je continue avec Patrick Modiano, avec un récit autobiographique. " Je suis né le 30 juillet 1945, à Boulogne-Billancourt, 11 allée Marguerite, d'un juif et d'une Flamande qui s'étaient connus à Paris sous l'occupation. "
Sa mère a été d'abord girl pour des revues de music-hall à Anvers et à Bruxelles. Elle arrive à Paris en 1942, elle travaille comme actrice à la Continental, une compagnie allemande.
Son père, Aldo est né à Paris mais il est d'origine italienne et juive. Il utilise une fausse identité :Henri Lagroua. Il participe à quelques trafics. En 1947, il a un frère Rudy. Son enfance se déroule entre l'absence de son père et les tournées de sa mère, il effectue sa scolarité de collège en pension. Son frère, Rudy, qui meurt de maladie à l'âge de dix ans en 1957. Patrick Modiano est un observateur de son enfance et de son adolescence, il essaye de trouver un sens aux nombreux événements de son passé , il relève des détails, des indices, qui pourraient éclaircir et constituer une identité. C'est un récit très émouvant, poignant puisque Patrick Modiano a grandit, à été ballotté d'un côté d'une mère artiste d'un autre un père vivotant, aucun repère stable pour se construire. Il est certain que ce récit éclaire sa personnalité, son travail d'écrivain enquêteur. Il essaye de comprendre les choix de vie de ses parents. L'on comprend aussi à travers ce récit sa grande sensibilité hésitante, d'homme fragile qui ne sais pas finir ses phrases (je pense cela car c'est un souvenir quand il était invité par Pivot).
" Jamais je n'ai pu me confier à elle ni lui demander une aide quelconque. Parfois, comme un chien sans pedigree et qui a été un peu trop livré à lui-même , j'éprouve la tentation puérile d'écrire noir sur blanc et en détail ce qu'elle m'a fait subir, à cause de sa dureté et de son inconséquence. Je me tais. Et je lui pardonne. Tout cela est désormais si lointain ..."

Entretien avec Patrick Modiano

6 commentaires:

CARMADOU a dit…

J'ai eu la chance de voir ce texte lu par Edouard Baer au théâtre de l'atelier,c'était impressionnant, je n'avais jamais assisté à une lecture aussi forte!
Ce Modiano est essentiel, il éclaire à mon sens toute son œuvre. Il faudrait presque relire tous les précédents après avoir fini celui-ci.

Alwenn a dit…

Je l'ai lu il y a un petit bout de temps, et j'avais beaucoup aimé. En revanche, c'est le seul livre que j'aie lu de l'auteur ! Mais ce court livre m'avait donné très envie de le découvrir !

Kenza a dit…

Joyeux Noël ma douce Malice!
Bonheur, joie et beaucoup d'amour entourée de ceux que tu aimes.
Bisous, bisous

Malice a dit…

@ Oui Carmadou, c'est exact !
@ Alwenn oui un livre très fort, poignant ;-)

Cécile Qd9 a dit…

Vu que tu sembles en pleine période Modiano, tu devrais lire Le canapé rouge de Michèle Lesbre qui évoque cet auteur et le cite beaucoup tout au long du roman.

Cécile Qd9 a dit…

Oups ! Intéressant lapsus je voulais dire "Sur le sable" mais j'ai de très loin préféré Le Canapé rouge...