Pages

vendredi 29 octobre 2010

LILIANA LAZAR : Terre des affranchis

Premier roman romain écrit en Français- Il vient de recevoir le prestigieux Prix des 5 Continent 2010. Prix littéraire qui me tient à cœur puisque je lis chaque année des ouvrages pour la présélection de ce prix. Ainsi qu'une pluie de prix voir ici.

Liliana Lazar a passé son enfance dans la grande forêt qui borde le village de Slobozia en Roumanie. Ce village et la forêt sont le décor de son roman. L'ouverture de ce roman à tout pour ressembler à un conte avec la forêt et sa légende celle du lac maudit : La Fosse aux Lions, où de nombreux Turcs se sont noyés lors de tentatives d'invasion au XVIe siècle, et où pêcher est interdit, sous peine de mort, car les moroï (ou morts-vivants) habitent ce lieu." Mais La Fosse aux Lions n'est qu'une appellation récente. Les plus anciens savent que longtemps, ce lieu s'est appelé La Fosse aux Turcs. Dans ces confins des Carpates pendant des décennies, plusieurs générations de Roumains ont repoussé l'envahisseur turc." Tudor ancien mineur, il vit avec sa femme ses enfants Victor et Eugenia dans la forêt reclus dans la misère. Victor est le souffre douleur, son père est un homme violent. En 1965, la venue de Nicolae Ceauşescu au pouvoir et la mors de Tudor dans La Fosse aux Lions. " Le regard hébété de ce qui venait d'arriver, Victor contempla le cadavre de son père qui remontait à la surface. Il venait de comprendre que près de La Fosse, rien de grave ne pouvait lui arriver. " Victor devient bûcheron. Il est amené à commettre un autre meurtre celui de la jeune et jolie Anita Vulpescu. Victor est recherché par la police, il leur échappe et il doit vivre dorénavant vivre en reclus, dans la maison de sa mère. En quête de rémission, le prêtre de Slobozia offre à Victor une occasion pour se racheter , lui propose de recopier des livres interdits par Ceauşescu. " Ana Luca comprit qu'il fallait poursuivre l'œuvre du père Ilie en secret, et stocker les manuscrits dans le grenier, en attendant des jours meilleurs pour reprendre leur diffusion. Il fut donc décidé que Victor continuerait à recopier le dernier livre en sa possession. Ils'agissait d'une Vie des saints."
Dans cette Roumanie communiste, plus particulièrement dans ce village de Slobozia soit disant paisible, de nombreux tragiques événements viennent troubler cette tranquillité. Un prêtre est arrêté, remplacé par un dévot hypocrite, un certain Daniel, désire s’installer dans la forêt pour pouvoir vivre sa foi reclus dans une petite cabane. Victor désire qu'une chose c'est de retrouvé le calme et recourir à une vie plus sereine, il a de l'espoir. La rédemption est difficile à atteindre car elle est semé d’embûches. La superstition et le religieux cohabitent. Tout au long de ma lecture j'ai été plongé dans cette ambiance mystérieuse lugubre, avec une histoire qui m'a tenu en haleine. Le personnage tzigane a retenu mon attention, car il est le personnage qui donne toute la saveur au roman." Le Tzigane avait la réputation d'être un sorcier. Il savait se déplacer à travers la forêt dans une totales discrétion, sans faire le moindre bruit."" Parfois, le promeneur égaré entendait monter jusqu'à lui un puissant "iiiiiiiiiiiiuuuuuuu" , à lui glacer le sang. Pour certains Ismaïl chassait de la sorte les mauvais esprits. Pour d'autres, au contraire, il communiquait de cette façon avec le Démon."
Donc, j'ai pris un réel plaisir à lire ce roman, j'ai été envoûté, dépaysé , ressenti le froid, la peur, c'est un roman dépaysant. C'est un roman d'ambiance envoûtante, d'atmosphère avec une dimension biblique.

Livre lu par mon amie Anne Sophie

1 commentaire:

Wictoria a dit…

tiens ! je n'avais pas vu ce billet ! pourant on voit bien que ce n'est pas une histoire habituelle, c'est une histoire "border line" comme je les aime !
merci Malice :)