Pages

jeudi 3 juin 2010

Kéthévane DAVRICHEWY : La mer noire

C'est l'anniversaire de Tamouna, elle se réveille et par bribes elle se remémore son passé et surtout du grand amour de ses quinze ans Tarmaz en Géorgie. C'est l'histoire d'un amour manqué fait penser à Tchekov.
Elle se trouve exilé à Paris, à cause du pouvoir mit en place . Son père prépare la révolution, il souhaite un monde meilleur à sa famille. Paris est le refuge de tous les exilés géorgiens. " Je parle du rôle politique de mon père, il a proclamé l'indépendance de la Géorgie. Avec les membres de son parti, ils ont formé un gouvernement, mon père en est le ministre de l'Agriculture." Il faut dire que son père est du côté du tsar et que les communistes arrivant ils chassent les opposants du futur pouvoir mis en place en Sibérie.
Les tradition se transmet, les réunions de famille sont colorées et envahissantes, elle sont là pour se rappeler du pays. C'est un roman sur la mémoire familiale, le passé et le présent se chevauche le présent son anniversaire le passé souvenir de jeunesse sur la mer noire. Il est question de la perte du pays natal, mais celle du père aussi.
L'importance très forte des racines de là où l'on vient !
" De nous six, il est celui qui cultive le plus son accent géorgien, comme si le perdre signifiait renoncer à notre identité." L'espoir de retrouver sa terre natale d'où cette mélancolie. Être apatride tout simplement et vivre avec des pas simples.
Un passage qui a retenu toute mon attention et pour la simple raison, c'est sa date le 13 septembre (la date de mon anniversaire) " Septembre arrive. Le 13 de ce même mois, Batoumi est en fête. Le gouvernement reçoit les délégations des démocraties européennes, la ville est décorée drapeaux, de guirlandes, de fleurs."
L'écriture le choix du "Elle" pour évoquer le présent et le choix du "Je" pour évoquer le passé.
Personnellement je ne suis pas très enthousiaste par ce roman, bien qu'il possède de nombreuses qualités. Il n'a pas su me toucher me transporter. Le seul intérêt en ce qui me concerne concernant se roman c'est l'aspect historique de la Géorgie plutôt que l'histoire familiale.

En tout cas un grand merci à Flo pour ce livre voyageur, loin d'être inintéressant ;-)

3 commentaires:

Leiloona a dit…

Contrairement à toi, c'est un livre qui m'a énormément parlé. :)

Nanne a dit…

Ce sont des choses qui arrivent que de ne pas se sentir en symbiose avec un roman qui a été encensé par la blogosphère ! J'ai trouvé ton billet très intéressant, particulièrement le parallèle avec l'œuvre de Tchekov ... Personnellement, j'ai beaucoup apprécié ce roman simple et beau, qui raconte malgré tout une histoire d'amour singulière et idéalisé.

Malice a dit…

@ Leiloona : Oui, j'ai lu ton beau billet. Ce livre ta touché, parce que tu l'as lu dans des circonstance particulière qui a fait écho en toi c'est là tout la différence avec moi ;-)
@ Nanne : oui ! Merci ;-)