Pages

vendredi 14 mai 2010

JULIA STRACHEY : Drôle de temps pour un mariage


Traduit par Anouk Neuhoff

"Une si belle journée pour le mariage de Dolly ! Tout est si joyeux et si joli, le jardin, si pimpant. "

C'est le grand jour ce 5 mars, pour Dolly Thatcham qui va se marier avec Owen Bigham. Elle a vingt-trois ans son futur mari est plus âgé qu'elle de huit ans. Il est diplomate, après le mariage ils iront en Amérique du Sud. Le mariage se déroule dans la campagne anglaise, toute la maison est en ébullition. La mariée met un temps fou à se préparer, elle a du mal à envisager son avenir, elle est plein d'interrogations ... et elle se saoule au rhum, pas mal ! L'ambiance est très agitée dans la maison, cela grouille de partout. Joseph Patton est un personnage en porte à faux dans ce roman, c'est l'intrus, il est seulement l'ami de Dolly, rien de plus, il observe ce petit monde d'un œil critique de regret. Il a rencontré Dolly l’été précédent et n’a jamais osé lui déclarer ses sentiments envers elle, hélas, il en ait malheureux, il se sent maladroit, gauche. J'ai adoré l'histoire de l'abat j'ai trouvé comique, anodin et qui en dit long sur le milieu social dont est issu Dolly : Mrs Thacham qui parle " Apporte moi cet abat-jour qui est là, sur la banquette de fenêtre ! Je voudrais le montrer à tout le monde ! C'est le cadeau de mariage de Dodo Potts-Griffiths : son chauffeur vient de l'apporter . Elle l'a entièrement fabriqué elle-même , elle l'a peint, assemblé, et tout , et tout, et c'est si charmant, si joli !" p32 /p33 "Dites, vous trouvez pas cet abat- jour absolument merveilleux ! s'écria Mrs Thatcham ". p34 Et Joseph bien évidement, l'intru " Joseph, penché sur son assiette, tremblait violemment de la tête aux pieds et, de temps à autre éternuait comme un chat. La compagnie ne tarda pas à comprendre que le jeune homme était en proie à une crise de fou rire, et tout le monde parut étonné ; excepté Evelyne (amie de Dolly, la confidente en quelques sortes) , pour qui les gloussements et les fous rires étaient aussi naturels que l'eau pour un poisson." Je trouve que c'est vraiment un grand moment que cette histoire d'abat-jour et qui en dit long concernant le mariage et se convention. Les domestiques jouent un rôle dans cette folle journée, en coulisse avec beaucoup de gravité, j'ai trouvé en opposition à la légèreté de cette journée hors du commun.
p81 Une petite domestique donne un coup de mains : " Oui ! Ils sont venus me demander si je voulais bien aider à servir le thé et les gâteaux pour le mariages et tout le bataclan. " Elle parle à Joseph" je pense qu'on se fait une fausse idée du mariage." elle dit cela avec un ton d'une grande gravité et la scène est lugubre
Le ton est enlevé voir rythmé dans les premiers chapitre. C'est une satyre à l'anglaise, mais aussi âpre, grinçante, acide accompagné d'un climat sourd.
Ce cour roman est une critique du mariage d'une époque où se marier était une obligation en ce qui concerne les conventions durant l'entre-deux guerre .

J'ai trouvé beaucoup de plaisir à lire ce très court roman, lu lors d'une journée grise. Car, il y a quelque chose, je ne sais quoi de déjà vu. Il est certain que ce petit roman ressemble assez aux nouvelles de Katherine Mansfield, j'ai trouvé.

Ce court roman a été publié par Virginia Woolf et son mari en 1932 par leur maison d’édition Hogarth Press. Julia Strachey née en 1901 et décédée en 1979 est l’auteur de deux romans et d’une biographie inachevée.

6 commentaires:

Titine a dit…

Pour moi c'est une pépite ! Ce roman m'avait également évoqué Katherine Mansfield mais j'ai préféré l'oeuvre de Julia Stratchey beaucoup plus amère et sombre.

In Cold Blog a dit…

J'avais été très déçu par ce petit roman (presque une nouvelle, d'ailleurs).
Je lui ai préféré Mansfield... et de loin.

Rosedray a dit…

Bonjour, j'ai 14 ans et j'ai un blog sur des critiques de livres et de films vus au cinéma. Pouvez-vous, si ça ne vous dérange pas, faire un peu de pub pour mon blog, en le mettant par exemple dans la colonne de blogs que vous avez à gauche.

Voici mon blog : http://jedevoreleslivres.blogspot.com

Je vous en remercie d'avance.

maggie a dit…

Je suis comme Titine, j'ai préféré Strachey à Manfield... En tout cas, j'ai été séduite par l'ambiance même si c'est très mélancolique...

Malice a dit…

Je ne sais si la comparaison avec Mansfield est vraiment juste, c'est un ressenti très subjectif, peut-être pas tant que cela après tout.
@ ICB : Oui j'ai vu que tu avais été déçu ! Je suis d'accord avec toi ce roman est plutôt une longue nouvelle.
Et, l'écriture de Mansfield est plus aboutie. Dans ce roman j'ai vraiment adoré le tempo du début très rythmé, enlevé, le passage de l'abat jour est cocasse et en dit long sur cette journée ! Mais j'ai trouvé que la fin à comme un goût un peu décevant, et l'on a le sentiment que c'est pas achevé. Il y a comme un petit quelque chose qui ne prend pas complétement, je trouve que ce roman est un peut mal ficelé !

Joelle a dit…

Les avis sont assez mitigés mais vu qu'il a l'air rapide à lire, je ne prends pas grand risque à le noter :)