Pages

samedi 13 février 2010

JONATHAN COE : Bienvenue au club

Traduction Jamila et Serge Chauvin

"On a tendance à oublier à quoi ressemblaient vraiment les années soixante dix. On se souvient des cols pelle à tarte et du glam rock, on évoque, avec des larmes dans la voix, les Monty Python et les émissions pour enfants, mais on refoule toute la sinistre étrangeté de cette période, et tous ces trucs bizarres qui se passaient tout le temps. "
Ce roman nous plonge dans l'Angleterre industrielle des années soixante-dix, à Birmingham. C'est une ville industriel, qui possède une usine automobile, la lutte des classes est au centre de ce roman, les tensions sociales, le chômage, la fièvre anti-irlandaise, la haine très forte pour l'étranger est incroyable accompagné des propos les plus racistes qu'ils soient. 
" Regardez autour de vous, dans votre travail : vous constaterez que le nombre de Noirs dans les entreprises a été multiplié par dix. On vous demande de travailler avec eux, mais vous remarquerez qu'on ne vous le propose pas,on vous l'ordonne."
Benjamin Trotter est grand lecteur de Sounds, une revue de rock, il a une vraie passion pour la musique et la littérature. Il est amoureux de Cicely, mais c'est un amour difficile surtout quand on a dix sept ans.
Sa sœur Lois vit une grande histoire d'amour avec Malcom. Ils se sont rencontrés via les petites annonces. C'est l'amour fou entre eux malheureusement il est mort dans un attentat de l'IRA. La pauvre Lois se trouve complètement sonnée abasourdi, son jeune frère Patrick, très antipathique. C'est le portrait de jeunes anglais qui fréquente une école pour gosse de riche" King Williams", qui s'intègre aux clubs de leur lycée, ose parler aux filles, monte un groupe de rock.Leur père Colin est cadre supérieur à l'usine British Leyland.
Bill Anderton, délégués syndicaux les plus puissants de l'usine, sa femme est Iréne et sa maîtresse Miriam, travaille à l'usine British Leyland de Longbridge. Elle est mystérieusement partie, plus de nouvelles d'elle du jour au lendemain où presque.

C'est un roman avec beaucoup de  retenue, la religion rime avec rébellion. Un livre sur l'adolescence, un livre fascinant foisonnant sur une ville, une époque, sur les premiers émois amoureux. J'ai vraiment apprécié ce roman, mais j'ai surtout apprécié l'ambiance de certains passages plutôt, par exemple je trouve que l'entrée dans ce roman est un peu curieux. Il faut avancer un peu dans le roman , pour le trouver vraiment passionnant. Par exemple j'ai apprécié l'ambiance de la première partie qui est dans son ensemble bien construite : intitulée " Le chevelu et la Minette". La deuxième partie intitulée : " La gueule du chaos" partie début vacances au Danemark je n'ai pas trop accroché. Mais certains passages sont intéressants et assez captivants par exemple quand Doug va à Londres voyage tout seul sans ses parents car il avait envoyé un article du magazine de son collège à une revue de rock NME. La fin de ce roman est magnifiquement forte et romantique à souhait. C'est vraiment une belle découverte (même si j'ai trouvé ce livre inégal par moment ) ce livre et Jonathan Coe est un auteur que je relirai c'est sûr !


2 commentaires:

Joelle a dit…

Cela fait longtemps qu'il est noté, ce titre :)

Lou a dit…

Je ne l'ai pas dit mais je n'ai pas du tout aimé le début avec ces ados absolument pas crédibles, heureusement que ça ne dure que quelques pages et que le reste est excellent !