Pages

jeudi 24 décembre 2009

THEODOR FONTANE : EFFI BRIEST



Traduit par André Cœuroy


Effi est une jeune fille de dix-sept ans, issue d'une famille bourgeoise allemande, de la fin du XIXe siècle Elle est originaire des environs de Berlin. Le Baron von Innstetten plus âgé qu'elle de vingt ans la demande en mariage. Effi n'a pas le choix, elle doit obéir à ses parents. Effi vit dans un univers strict, éducation rigide dans une société d'homme.
Après un voyage de noce en Italie. Ils s'installe dans une petite ville de Kessin. Effi est une fée, un elfe, tout droit sorti d'un conte de Grimm, elle fait penser à ses poupées de porcelaines très fragile. Elle a peur, elle est angoissée elle vie dans une maison hantée de fantômes. Puis, il est question d'une histoire avec un chinois qui la trouble. Elle est rongé par l'angoisse, l'ennui. Elle fait penser par certain côté à Emma Bovary de Flaubert.
Effi est une enfant, elle est jeune, elle a du mal à trouver sa place dans la société de Kessin, un fossé glacial se creuse entre elle et Geert.
Elle sera maman d'une petite Annie. Mais, elle va avoir un amant le très beau , Major Von Campras, pour éteindre sa mélancolie, seulement de la séduction rien de plus, pas d'amour aucun, seulement le plaisir de séduire . " quand au début d'avril nous apprîmes que le major von Crampas - c'est son nom - était là, nous tombâmes dans les bras l'un de l'autre comme si jamais aucun désagrément ne pouvait plus nous arriver à Kressin."
Ils se rencontrent en cachette dans les dunes. Effi est mélancolique, elle se sent délaissé par son mari qui ne pense qu'à son statut social. Geert est un homme strict, il soigne son rang social et son paraître, il est un peu distant avec sa femme mais il n'est pas violent et désagréable.
Ils vont devoir quitté Kessin pour aller s'installer dans un immeuble de Berlin. Et à Berlin elle oubliera son amant mais pas son mari qui tombera sur sa correspondance avec Campras. Et là, le scandale éclate au grand jour.




Un roman très attachant à l'image de la très belle Effi. Mais je n'ai pas été complètement sous le charme de ce roman, même si j'ai ressenti de la froideur assez rigide de la distance entre moi et l'histoire de Théodor Fontane. Cela dit , c'est un très beau livre, tout en finesse concernant l'écriture.


La sublime Hannah Schygulla dans le film de Fassbinder est Effi. Le film est magnifique dans son noir et blanc, plus blanc que noir. La mise en scène de Fassbinder est très soignée, j'aime beaucoup ses jeux avec les miroirs, les voiles aussi, les voilettes d'Effi pour adoucir les visages.
Les voilettes des femmes, en particulier celle des magnifiques tenues d'Effi, font écran, la protège du monde extérieur. Le film très fidèle au roman est superbe, la musique du film se marie très bien pour donner la tonalité l'ambiance de ce film assez intimiste et feutré, et les nombreux morceaux au piano sont loin de me déplaire.


5 commentaires:

Mango a dit…

J'ai beaucoup aimé ce récit que je relirai bien d'ailleurs car j'ai un peu oublié les détails de l'histoire!

Suzanne a dit…

Très beau commantaire Malice d'un roman que tous et toutes devraient lire.

Suzanne a dit…

Euh mes excuses: lire commentaire et non commantaire.

Nanne a dit…

Tu viens de me permettre de découvrir un roman que je ne connaissais pas du tout, Alice ! Comment ai-je fait pour passer à côté de cette histoire superbe ?! Je le note pour ne pas l'oublier ...

Malice a dit…

@ Mango : J'ai trouvé que c'était avant tout un roman fort intéressant, mais cela ne m'étonne guère que tu l'es oublié ;-)
@ Suzanne : Merci tout plein ;-) j'avais bien saisie des le 1er commentaire :)
@ Nanne : On ne peut pas tout connaître ;-) même si on s'intéresse de près à la littérature allemande.
@ À toute je vous invite à voir à découvrir le film de Fassbinder qui est superbe et très fidèle au livre.
Une merveille absolue :) Rare !