Pages

lundi 12 octobre 2009

GASTON LEROUX : La poupée sanglante

Fin Mai, à Paris et plus particulière dans le quartier Saint-Louis, Bénédict Masson relieur d'art. Pas loin de sa boutique se trouve celle de l'horloger Nobert , il a une fille Christine que Bénédict adore. 

"J'adorais Christine non seulement comme un ange que je continuerai toute ma vie de pleurer, mais je l'aimais comme une femme ... et là était mon supplice, car cette femme, je ne savais qu' elle ne serait jamais à moi , qu'elle ne m'aimerait jamais, que je ne pourrais peut-être jamais en approcher ; mais l'atrocité de cette absolue certitude était encore doublée par l'idée que ce joyau de Dieu, un beau jour, le carabin d'en face, le prosecteur modèle, le menuisier de la chirurgie, se le passerait au doigt et irait trouver M.le Maire, pour les justes noces !"

Malheureusement, Bénedict trente-cinq ans et laid et il est poète, il sera auprès de Christine en étant bibliothécaire à mi temps chez le Marquis. Elle se mariera un jour avec son cousin Jacques Cotentin pas terrible non plus, mais un chercheur, chirugien avant gardiste . Ils habitent un pavillon, Christine a une relation avec un jeune homme Gabriel caché dans une armoire. Le père tue Gabriel. Gabriel est ce un homme de chair et de sang ? Mystère !
Les voisins du pavillon de l'horloger, habitent dans un hôtel particulier le marquis (amoureux des enluminures et des belles reliures) et la marquise de Coulteray , Bessi Clavendish (la fille cadette du gouverneur de Delhi) son épouse est à moitié folle. Elle est passionnée de spiritisme, occultisme. Le vampire est ce le marquis ?

" Ce mot de vampire quand je le prononçais pour la première fois devant vous, n'évoquait qu'un vague fantôme né de mon imagination malade ... et pourtant !... et pourtant !... Il était là ; entre nous, en chair et en os !..."" C'est le grand vampire !... Le monde est plein de petit vampires"Benedict est un homme étrange, il engage des femmes pour l'aider à la reliure mais , ses femmes le fuient elles disparaissent du jour au lendemain. Il régne un climat étrange dans ce roman, proche des contes de fées, des vieilles légendes. Un roman haletant que l'on ne lâche pas !
Dans ce roman il est question de fantômes et de vampires ! Gaston Leroux dépoussières les vieux mythes de Dracula et Frankenstein (dit la quatrième de couverture). Ce roman date de 1923 la France est sous le choc du procès Landru.

Et donne envie de lire "La machine à assassiner". Clin d'œil à Lou et son swap auquel je ne participe pas mais auquel je soutiens ! Livre lu par

11 commentaires:

Karine:) a dit…

Je l'ai lu ado (j'ai alors tout lu Gaston Leroux après avoir carrément trippé sur le fantôme de l'opéra) mais je n'en garde aucun souvenir, à part l'histoire du contexte du procès... je vais retourner voir ça!!!

Suzanne a dit…

J'ai vu le feuilleton mais pas lu le livre. Tiens je note! Belle journée dame Malice.

DViolante a dit…

Je l'ai lu il y a très longtemps lorsque j'ai dévoré tout Gaston Leroux et Maurice Leblanc (je devais avoir 15 ans...) mais je crois que je vais le relire, car comme Karine, j'en ai très peu de souvenir. Par contre je me souviens que la Machine à assassiner était présenter comme le second volume. Du même auteur j'avais aussi adoré "L'homme qui revient de loin" en feuilleton et en livre ...

Dviolante a dit…

arghh la faute !! "présenté" é !!!

cathulu a dit…

Le feuilleton était particulièrement effrayant !:)

Béné a dit…

Il fait partit de mon panthéon littéraire. J'ai adoré. Tu n'as plus u'à lire La Machine à Assassiner maintenant, la suite!

Isil a dit…

Un livre pour moi. Je note.

mazel a dit…

j'ai adoré ce livre ! et le feuilleton était particulièrement bien aussi.

Titine a dit…

Merci Alice, voilà des années que je désespérais de lire "La machine à assassiner" qui a été également rééditée aux éditions du Rocher. J'avais vu le feuilleton, lu "La poupée sanglante" et j'avais beaucoup aimé cette histoire fantastique.

Malice a dit…

@ Karine :) : Il ne me semble pas avoir lu Gaston Leroux ado malheureusement ! Il va falloir que je rectifie sérieusement cette lacune !
@ Suzanne, Titine : La poupée sanglante est une belle surprise. Car j'ai vraiment acheté ce livre par hasard !
@ DViolante : Ah ! tant mieux si je te donne envie de le relire :)
@ Cathulu, Mazel : Du feuilleton j'en ai vu quelques passages grâce à You Tube ;-)
@ Béné : Oh ! Oui évidement :)
@ Isil : et bien tant mieux !

Lou a dit…

Je n'ai pas le temps de mettre un commentaire sur tous tes derniers billets mais je viens de les parcourir avec plaisir après une journée bien chargée. Tu te doutes bien que les sujets avaient de quoi de m'intéresser... quand à "la poupée sanglante", c'est un livre qui me tente énormément. Je garde un très bon souvenir du "fantôme de l'opéra" !