Pages

mercredi 8 juillet 2009

FLANNERY O'CONNOR : 2 NOUVELLES

Nous sommes en Amérique dans les années 50, dans le sud
Traduit par Henri Morisset

Un heureux événement

Le rêve de Ruby, trente quatre ans, c'est de déménager, car les escaliers de son immeuble sont terriblement fatigants. Elle a mal à ses jambes, elles sont lourdes.
Un jour Ruby voit une voyante, et elle lui prédit : " Elle était malade. Madame Zoleeda le lui avait dit, mais elle s'en était déjà rendu compte. Madame Zoleeda était chiromancienne de la 87e Rue. Elle avait dit : " Une longue maladie", mais avait ajouté à mi-voix, avec l'air d'en savoir beaucoup plus long; " Mais elle sera suivie d'un événement heureux." C'est une nouvelle sur le poids de la vie : l'angoisse la ronge. Une fois la nouvelle terminé Flannery O'Connor nous dit bien que Ruby attend belle et bien un heureux événement, c'est exact, mais elle ne sent n'est pas rendu compte au premier instant !
Dorothea Lange

La personne déplacée
Mrs Intyre a embauché un polonais pour l'aider à la ferme. Il a fui la guerre et les persécutions nazies avec sa famille. Nouvelle cruelle, dur envers ces européens qui ont quitté la Pologne pour refaire leur vie sur une terre où règne la paix. Ils sont observés ils n'interviennent pas dans le récit cela rend un effet étrange. Ils ne parlent pas très bien anglais. Les enfants se nomme Rudolph douze ans et Sledgwig leur fille de neuf ans. Ils sont venus avec rien, ils travaillent dur pour conquérir un monde nouveau. Mrs Intyre est une femme forte mais charitable, " Mrs Mc Intyre était une femme de soixante ans, petite au visage rond et ridé, avec des franges de cheveux roux qui descendaient presque au niveau ds sourcils faits au crayon orange. Elle avait une petite bouche de poupée et des yeux d'un bleu très doux lorsqu'elle les ouvrait tout grands , mais qui prenaient l'éclat de l'acier ou du granit lorsqu'elle les plissait pour inspecter un bidon de lait. " mais elle n'est pas responsable du malheur des Gobblehook ou des Guizac comme elle les appelle . Mr Goblehoo est un travailleur exceptionnel." Ça ne courait pas les rues, des travailleurs comme lui." Et très présent dans cette nouvelle la peur de l'étranger de l'autre, prendre la place de quelqu'un. Il est honnête alors que les noirs sont des voleurs. Puis, le vent tourne autrement et c'est très violent.
Son écriture est précise, sec, c'est écrit au scalpel, c'est époustouflant ! Encore une nouvelle où à la fin de la lecture, le lecteur (moi a le souffle coupé) en un mot chapeau ! Il faut lire Flannery O'Connor !Le paon a sa place dans cette nouvelle c'est l'oiseau préféré de Flannery O' Connor. Nouvelles tiré de ce recueil : Les braves gens ne courent pas les rues

6 commentaires:

In Cold Blog a dit…

Eh bien, avec ce billet, tu as fini de me convaincre de découvrir cet auteur que tu nous a présenté il y a quelques jours.
Adjugé, vendu ! :)

cathulu a dit…

Voilà longtemps que je me dis : "il faut que je découvre cette auteur",je surligne et irait tout à l'heure à la médiathèque!

Guillaume a dit…

Entièrement d'accord, Malice. J'ai lu ce recueil il y a quelques mois sur la foi d'une bonne critique sur Babelio, et je ne l'ai pas regretté. Une vision pas vraiment ensoleillée de la nature humaine, qui marque longtemps après l'avoir refermé.

J'en profite pour vous remercier deux fois : pour les livres apportés dimanche pour Haïti, et pour le colis, arrivé lundi !

Malice a dit…

@ICB : Tant mieux !!!!
@ Cathulu : oui un auteur a découvrir une claque !
@Guillaume : Ah ! Oui, je suis contente de partager mon enthousiasme ;-) C'est vrais cela n'est pas d'une grand gaité mais bon le faite que l'on soit marqué par sa lecture, par sa force, c'est tellement rare aussi ! De rien pour les livres c'est normal aussi ;-)

Anis a dit…

Oui, je trouve que tu en as bien rendu l'atmosphère et le saisissement qui est le nôtre à la fin de la lecture. Ah décidément, elle a raison, les braves gens ne courent pas les rues.

Philisine Cave a dit…

complètement d'accord avec toi ! Flannery dégage un potentiel de sympathie énorme.